A l’avant-garde : Maggie Donovan – Curious Adornments

Curious adornements - créations et broderies de Maggie Donovan

Parachutons-nous aujourd’hui à la Nouvelle-Orléans pour découvrir Curious Adornments, les broderies hallucinatoires de Maggie Donovan.

Cauchemars et fantasmes

Au premier regard, on reste saisi par la brutalité de chaque scène. Têtes tranchées, guillotine, église en flamme, pluie de pierres en fusion, chats noirs, spectres, banshee immergée dans une baignoire de sang, Grand Cornu… c’est un musée des horreurs, une collection macabre que Maggie se plaît à enrichir depuis une petite décennie. Art naïf, art brut, dark art, du bout de son aiguille, Maggie étale ses cauchemars. Ou ses fantasmes.

Des fantasmes tout droit sortis des contes horrifiques d’Ambrose Bierce et d’Edgar Allan Poe, que l’artiste cite avec respect et pertinence : « There is no exquisite beauty…without some strangeness in the proportion. » Pas de beauté sans étrangeté… et sans angoisse. Chacun de ses dessins ferait frémir un pédopsychiatre… et hurler de rire la très cynique Wenesday Addams, qui pourrait avoir imaginé et réalisé ces médaillons.

Art médiumnique ?

À moins qu’il ne s’agisse d’une des sorcières de Salem, de Vanessa Ives, ou de la sorcière de Blair ? Poétique en diable, l’univers de Curious Adornments évoque aussi bien la série Penny Dreadful que la saga American Horror Story, les Contes de la crypte que les portraits funèbres de l’ère victorienne, les charmes vénéneux du paranormal, de la médiumnité et du spiritisme, les monstres de la littérature gothique la plus noire.

Sur chaque pièce brodée patiemment plane cette hydre de l’hystérie que la psychanalyse vagissante du fond de son berceau tentera de juguler en une période ultra-puritaine, qui accoucha de Jack l’Éventreur, H.H.Holmes, Lizzie Borden, Delphine Lalaurie et consort. Autodidacte, Maggie Donovan tiendrait plus de la voyante, une sorte de Madge Gill qui évacue ses visions alimentées par une surconsommation de films d’horreur au fil de ses créations. Art thérapie, art médiumnique…

Le B.A.BA de toute sorcière

Ou simplement l’envie de faire hurler les bien pensants qui considèrent qu’une fille doit être gentille, sage et soumise, habillée en rose et ne penser qu’au prince charmant en faisant la cuisine. De ce point de vue, Maggie Donovan et ses Curious Adornments règlent la question définitivement, à la manière d’une Mariel Clayton. Gare aux tasses de thé servies par cette demoiselle : nous ne serions pas étonnés qu’elle classe Arsenic et vieilles dentelles parmi ses films fétiches.

Et soudain son univers prend une autre couleur, symbolique d’une révolte silencieuse en gestation, d’un affranchissement par l’art. Une femme capable de produire ce type d’œuvre a une imagination féconde et sans a priori, qui se risque à explorer les coins les plus noirs de l’âme. Gothique, pour sûr, en majesté et avec un talent qui laisse sans voix. Cela ne plaira pas à tout le monde, c’est l’objectif du reste : n’attirer à soi que les curieux, les fasciner, les retenir. Le B.A.BA de toute sorcière qui se respecte.

Et plus si affinités

Pour découvrir l’univers de Maggie Donovan, consultez son site Curious Adornments ainsi que son compte Instagram.