Condé Nast : La fabrique du chic… et l’aventure de Vogue

couverture du livre Condé nast - La fabrique du chic

On connaît le puissant groupe de presse et son impressionnante écurie (Vogue, Vanity Fair, GQ, Glamour…) mais qu’en est-il de Condé Nast, l’homme ? Qui était-il ? Pourquoi et comment a-t-il fondé cet empire de la presse internationale ? C’est tout le propos de la biographie Condé Nast – La fabrique du chic publiée aux Éditions Seguier que d’explorer cette saga.

Un homme aussi discret qu’inventif

Jérôme Kagan y raconte le parcours pour le moins atypique d’un homme aussi discret qu’inventif, qui jamais ne se laissera aveugler par la puissance financière et médiatique accumulée. Mais au travers des différents temps de cette vie, avec ses succès et ses déboires, c’est l’émergence de la presse féminine et de la mode qu’on découvre, avec en toile de fond ces années particulièrement prolixes qui constituèrent le début du XXeme siècle.

Les dynasties du luxe : 7 histoires fondatrices ou comment ces empires ont été forgés et démantelés

Problématiques éditoriales

“La fabrique du chic” ? Le sous-titre parle de lui-même : débutée en 1908 aux USA, l’aventure de Vogue transparaît au travers des dialogues de jeunes rédactrices de la version française du célèbre magazine, alors qu’il vient de s’implanter en 1920 à Paris au cœur du quartier des grandes maisons de haute couture. La stratégie adoptée par l’auteur permet de faire vivre de l’intérieur les problématiques éditoriales d’un média qui vise la qualité afin d’attirer un lectorat féminin en pleine mutation… et les annonceurs qui désirent séduire cette même clientèle.

Un tunnel de conversion 

Page après page, on découvre comment Vogue fut façonné afin de constituer un véritable tunnel de conversion avant l’heure : tout est à inventer, à magnifier, sous la conduite d’une équipe de choc menée entre autres par la légendaire rédactrice en chef Edna Chase, fidèle bras droit d’un Condé Nast luttant contre vents et marées pour maintenir Vogue à flot, malgré les aléas de sa vie personnelle, mais aussi les conflits, les crises économiques, les coups bas d’une concurrence farouche. Les anecdotes ne manquent guère qui illustrent ce récit passionnant.

La mode sous l’Occupation : une approche particulièrement éclairante

Vogue et la haute couture

C’est aussi l’occasion de comprendre les ressorts qui définissent une publication de haut vol, les interrogations portant sur sa constante évolution pour coller aux attentes et aux besoins d’un lectorat exigeant, ou pour en formater les comportements ? C’est par ailleurs l’opportunité de comprendre les liens forts existant entre Vogue et le monde des grands stylistes. Edna Chase n’a-t-elle pas posé le socle de ce qui allait devenir la fashion week, qui demeure aujourd’hui la chasse gardée du célèbre média ? Condé Nast n’a-t-il pas investi dans une entreprise de patrons afin d’ouvrir l’accès aux grands modèles à toutes ?

Émancipation féminine

Avant-garde artistique, audaces vestimentaires, tendances, via Vogue, Condé Nast va contribuer à l’émergence d’une femme plus émancipée, tout en travaillant à la prospérité d’un secteur économique en plein essor… où plus d’une femme brillera, dont le livre évoque le succès. Schiaparelli, Madeleine Vionnet, Jeanne Lanvin… sans compter les illustratrices, les rédactrices, les photographes, les mannequins, les rédactrices en chef. Et Condé Nast dans tout ça ? Un moteur, un découvreur de talents, autour duquel gravitent artistes, grandes fortunes et puissants. Un homme d’affaires avisé, inspiré. La définition d’un bâtisseur d’empire.

Et plus si affinités  

pour en savoir plus sur le livre Condé Nast – La fabrique du chic, consultez le site des Éditions Seguier.