Paula Spencer : Roddy Doyle et l’anti Gervaise

9782221115701

Paula Spencer, 48 ans, de beaux restes, 4 gosses dont deux sont encore chez elle, un job de femme de ménage et une vie à reconstruire de fond en comble sur les ruines d’un passé douloureux. Tous les ingrédients sont ici réunis pour composer une tragédie du quotidien. Sauf que c’est Roddy Doyle qui tient la plume, pas de place donc pour le larmoyant, ce sont les forces de vie qui l’emportent.

Et il va en falloir pour que Paula se remette en selle. Alcoolique, femme battue, chômeuse, nous la voyons escalader la pente escarpée qu’elle a descendu des années durant. Avec une détermination sans faille ? Que nenni et c’est ça qui la rend si vraie, si attachante. Car Paula à chaque seconde, tremble de replonger, s’accroche comme elle peut, pour se remettre à flot, pour reprendre goût à la vie, pour ses gosses, ses sœurs, ses petits-enfants.

Dans une Irlande qui s’ouvre à la tranquillité, au développement économique après des siècles de luttes intestines et de misère, Paula incarne cette reconquête de soi, ce lent épanouissement. Comme un enfant malhabile qui apprend à marcher, Paula découvre. Les saveurs, les odeurs, le plaisir d’une vraie fatigue, d’ouvrir un compte en banque, de pouvoir acheter un peu de superflu après tant de privations.

Ecrit de son point de vue, le récit multiplie les contradictions, des phrases hachées qui traduisent les incertitudes d’une héroïne qui refuse de se ronger de culpabilité, qui doucement prend confiance en elle. Des éclairs de violence domestique, des souvenirs de querelles, de cuites, viennent de temps à autre troubler l’évocation d’un quotidien certes répétitif mais si calme après tant de tourments. Quiétude retrouvée comme ce moment où Paula s’endort dans un lit vide dont elle savoure le confort dénué des douleurs physiques de l’ivresse.

C’est simple, drôle parfois, tendre : Paula revenue d’entre les morts observe ses proches, goûte cette vie qui s’offre enfin. Délicate simplicité de la résilience, exprimée en termes simples et populaires loin des aléas politiques, des fulgurances culturelles. U2, The White Stripes, Eminem viennent souligner cette rédemption de notes musicales tandis que Paula apprécie des beignets de crevettes, reprend contact avec son fils junkie, sort sa gamine de l’alcool.

Paula Spencer enchaîne les épisodes de cette deuxième vie avec humilité et fraîcheur, chaleureux comme les premiers rayons d’un soleil printanier. Optimiste et réaliste, le roman, publié en 2006, constitue plus qu’un portrait de femme, il évoque le concret de l’existence, tel que l’exprime Maupassant au terme de son œuvre Une vie : « La vie, voyez-vous, ça n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit. » Anti Gervaise, Paula Spencer incarne ce bon sens.

Et plus si affinités

http://www.laffont.fr/site/paula_spencer_&100&9782221115701.html

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.