Sienne, aux origines de la Renaissance : l’âme du Quattrocento s’invite à Rouen

OHVvj179LiMAFmPdniFiijl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

Que la Renaissance soit aux sources de la Renaissance, ce n’est un secret pour personne. Que la Florence des Médicis ait constitué le coeur du mouvement, c’est avéré. Ce qu’on sait moins, c’est que chaque ville, chaque principauté, chaque bastion politique apporta sa pierre spécifique à l’édifice humaniste. Milan, Venise, Rome, Naples … parmi toutes les villes d’Italie qui participèrent à ce formidable engouement, Sienne de la fin des années 1300 à l’aube du XVIeme siècle laisse sa marque.

Duccio, Simone Martini, les frères Lorenzetti … ils sont plusieurs enrichir l’Âge d’or de la peinture siennoise, dans le sillage d’un Giotto. Une première rétrospective leur avait été consacrée par le Petit Palais en Avignon en 1983. Une mise à jour s’imposait donc, tenant compte des avancées opérées dans la connaissance de cet univers.

index

C’est donc au Musée des Beaux-Arts de Rouen que se situe la seconde exposition dédiée à ce foyer artistique, visant à cerner les apports effectués, les mutations enclenchées par ces peintres, la manière dont ils ont impacté la peinture de leur temps : introduction de la perspective, invention du paysage, autre manière de raconter le sujet, réalisme appuyé sur l’observation du quotidien populaire, travail de l’éclairage, regard chargé de symbolisme, …

Très complète dans le choix des œuvres présentées, la rétrospective repositionne ces tableaux dans l’histoire de la ville et du temps pour offrir une approche historique essentielle à notre compréhension : un travail d’envergure qui attire notre attention sur les manifestations culturelles d’envergure effectuées en province, preuve une fois de plus que les musées en région ont une politique de programmation ambitieuse et d’envergure.

images
(photo St. Péron)

 

 

Et plus si affinités

http://exposiennerouen.fr/fr