Parlement : une deuxième saison loufoque, tendre et pédagogique

Parlement saison 2

L’Europe ? « Un équilibre des forces à géométrie variable ». Voici ce qui ressortait de la première saison de la série Parlement. Et la seconde enfonce le clou en nous faisant pénétrer un peu plus loin dans le processus de vote des lois, avec un regard toujours aussi fin que drôle, des personnages décalés mais attachants.

Samy the Shark face au Blue Deal

Nous retrouvons donc Samy the Shark, désormais affublé d’une petite copine ultra-féministe, ultra-écolo, ultra-woke, et qui opère comme assistant de Valentine Cantel, une députée française beaucoup moins candide qu’il n’y paraît. Autour de lui, Torsten qui a décidé de prendre une année sabbatique au sein même des locaux du parlement, Rose qui tente de se convertir au métier retors de lobbyiste sous la houlette d’un Guido bien plus sensible qu’il n’y paraît, Michel qui monte en grade malgré lui, Eamon qui continue à tirer les ficelles dans l’ombre même si son costume est passé du noir au gris (un changement symbolique)…

Plus quelques autres spécimens typiques de la faune politico-européenne, impliqués à leur corps défendant dans le vote d’un super Blue Deal visant à protéger les océans. Une véritable révolution écologique, une mutation d’envergure que certains envisagent d’un très mauvais œil. Il va donc falloir ruser, négocier, accepter de faire des concessions. Bref, il va falloir agir en stratège, en diplomate et en fin renard. Mais qui est le plus à même d’exceller dans ce jeu de dupes ? Qui saura manipuler les autres sans qu’ils s’en rendent compte ? Qui saura mener la danse au mieux d’intérêts en devenir ? Qui saura se projeter dans l’avenir ?

Parlement : UE, petites sardines et méchants squales

La politique en action

Toujours aussi loufoque, le propos du scénariste Noé Debré a ceci de très pertinent qu’il donne à voir la réalité intrinsèque de la politique en action : dans ces couloirs aussi impersonnels que labyrinthiques, on perd souvent ses objectifs de vue, encore plus son humanité. Or construire l’Europe, c’est se souvenir qu’elle est faite d’êtres humains, avec leurs spécificités, leurs colères, leurs failles, leurs valeurs, leurs élans. La saison 2 de Parlement nous le rappelle avec autant d’humour que de tendresse et de poésie. Et un sens particulièrement innovant de la pédagogie, ce second volet étant très éclairant sur la manière dont fonctionne cette institution.

Bref Parlement 2 déroule une leçon d’éducation politique qui met à plat les enjeux d’une stratégie commune bien plus complexe qu’il n’y paraît, les arcanes de négociations où l’égo s’invite bien plus qu’il ne devrait. En dix épisodes chargés de rebondissements et de passages burlesques, Xavier Lacaille, Liz Kingsman, Lucas Englander, Philippe Duquesne, William Nadylam, Georgia Scalliet, Niccolo Senni, Luis Rego, Elina Löwensohn, pour ne citer qu’une partie du casting, s’amusent sans jamais se moquer d’une Europe, certes imparfaite, mais dont nous avons finalement grand besoin.

Et plus si affinités

Vous pouvez visionner la deuxième saison de la série Parlement sur le site de France.TV.