Pierre Ospina et ses Collectionnées : une nouvelle race de tirelire

12122808_964234733636768_2743813828793146662_n

En cette période de crise économique, il convient de compter même ses centimes, et de n’en rien perdre. Tirelire, vide-poche, bocal, les petites pièces or et cuivre s’empilent, précieusement conservées. Le designer Pierre Ospina s’est inspiré de ce geste, de cette volonté d’épargne pour en repenser le sens de façon à la fois esthétique et ludique. Les Collectionnées sont nées de ce désir, amphores transparentes qui s’échafaudent progressivement au fur et à mesure qu’on y place la monnaie rassemblée.

La réalité de l’argent… et sa fugacité

Bien rangé, organisé, on y voit grossir le petit pécule, jour après jour, tout en mesurant le résultat de l’effort entrepris. Il suffira d’un geste une fois la sculpture remplie pour tout renverser dans une pluie métallique. Éducative, presque philosophique, la Collectionnée reconnecte l’homme moderne avec la réalité de l’argent, avec sa fugacité également, dans ce siècle de dématérialisation forcenée.

11998846_954326007960974_6661598867595624020_n

Patience et attention

Déclinée en trois tailles qui correspondent à trois contenus, 500, 2000 et 10 000 centimes, l’amphore souligne à la fois l’importance du numéraire aussi infime soit-il, la patience qu’il faut pour le sauvegarder, l’attention qu’il convient pour garder ce budget en équilibre. Sa vocation se double d’un aspect esthétique, qui s’accorde aussi bien avec l’espace intime que l’univers public ou professionnel.

Inédit, ludique et poétique

On l’imagine aussi bien sur le bureau d’un enfant adepte de puzzle, que dans la bibliothèque d’un collectionneur de design, sur un bar où elle accueillerait les pourboires, la réception d’une association ou d’un musée pour collecter les dons des visiteurs. C’est une façon inédite, ludique et poétique à la fois de concrétiser le soutien financier, même minime.

Et plus si affinités

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le site de Pierre Ospina.