Napoléon – L’épopée en 1000 films : codes pour une mythologie cinématographique

Napoleon au cinéma

Pourquoi n’est-on pas surpris du chiffre ? Petit caporal corse, général révolutionnaire, consul conquérant, empereur incontesté enfin, avant de mystérieusement s’éteindre dans son exil, Napoléon conjugue toutes les facettes du héros, même les plus sombres, les plus contestables. Quoi de plus normal alors qu’il inspire force productions audiovisuelles, depuis la série télévisée jusqu’à la grosse production cinématographique en passant par la dramatique ou le documentaire. C’est le but du livre Napoléon L’épopée en 1000 films que de faire le point sur ce patrimoine.

Un mélange ambigu d’admiration et de réserve

Depuis 1897 et l’aube du 7eme art, il annexe les écrans, focalise les attentions, obsède les réalisateurs. Qu’il soit le personnage central de l’action ou une figure secondaire, Bonaparte s’impose avec force, au travers d’interprétations toujours soignées et impressionnantes qui contribuent à l’aura des acteurs qui en endossent la responsabilité. Qui était ce grand homme ? Quel fut son parcours, sa personnalité ? Comment façonna-t-il l’Europe ? Quelles durent les retombées de son règne ? Les problématiques ne manquent guère pour aborder l’écriture d’un scénario, avec en perspective un mélange ambigu d’admiration et de réserve.

A lire également :  Napoléon et Paris : rêves d’une capitale et fantasme d’une nouvelle Rome ?

Ne pas tomber dans la légende

C’est ce vaste éventail de lectures qu’Hervé Dumont propose d’explorer dans Napoléon – L’épopée en 1000 films, revenant ainsi sur certains des plus beaux chefs d’oeuvre du genre. En filigrane de sont étude apparaît la difficulté qu’il y a à traiter d’un pareil sujet sans tomber dans la légende ou le mythe. Voici tout l’enjeu de son approche car en tentant de cerner Napoléon à l’objectif, c’est notre modernité qui est décryptée, par le biais d’une des inventions technologiques les plus marquantes, à savoir le cinéma. Superbement illustrée et d’une précision d’orfèvre (elle rassemble 900 photos et affiches en couleurs et en noir et blanc sur 724 pages), la monographie de Dumont dépasse le cadre du beau livre pour creuser le sillon d’un phénomène à la fois social et historique, qui revient de pays à pays.

 

On appréciera son caractère extrêmement complet, ainsi que le parti pris de séquencer les œuvres de manière chronologique, en fonction des différentes étapes de la vie du personnage. Une bien belle manière de décortiquer le devenir de cette figure historique mythifiée par la magie de la pellicule.

 

Et plus si affinités

http://www.idesetcalendes.com/booksDetail.php?i=245