Rock’n’love : comme un air de festival dans la boue

Rock'n'love
Affiche du film Rock’n’love

T in the park est l’un des plus gros festoches écossais qui soit : 4 jours de boue, de froid, de fiesta et de rock … les Eurockéennes du Nord en quelque sorte. C’est là qu’Adam et Morello se rencontrent. Lui fait partie d’un duo electro rock tendance, elle d’un combo de nanas qui commence à décoller. Lui jouera sur la grande scène des confirmés, elle sous une des tentes plus discrètes accueillant les émergents.  N’empêche, ils se rencontrent … et ça clashe ; ça clashe tellement qu’ils commencent à fighter et qu’un vigile un peu allumé décide de les calmer en les menottant, les unissant ainsi pour le pire et bien sûr le meilleur le temps d’un weekend et d’une belle histoire d’amour naissante. Voici en gros le pitch de Rock’n’love.

Le fluide des musicos

Bon OK, l’intrigue est courue d’avance, les deux tourtereaux ont de fortes chances de finir ensemble, connectés par ce fluide propre aux musicos, tandis que leurs proches trouveront par ailleurs chaussure à leur pied, pot à leur couvercle ou à défaut une grosse partie de rigolade, de booz’n’sex sous les tentes du camping. Pour autant le film n’a rien de racoleur, il est même assez rafraîchissant. Normal vu qu’il fut tourné en quatre jours le temps du dit festival, sans aucun arrêt et dans un froid pas croyable (dixit l’actrice principale Natalia Tena qui a troqué son costume de Nymphadora d’Harry Potter pour celui de la rockeuse de base, avec bottes en caoutchouc, flaques obligent).

A lire également :  Fyre Festival : deux documentaires pour illustrer la grande escroquerie du rock’n’roll 2.0 !

Pass All Access

Mais pas que. Certes ne vous attendez pas à un chef d’œuvre musical, honnêtement les parties de concert ne sont pas top top. En revanche le côté backstage est on ne peut plus fidèle et le film retranscrit presque scrupuleusement cette folie douce qui saisit chacun quand il reçoit son Pass All Access pour aller ensuite s’égayer dans les coulisses, avec en arrière fond sonore les basses cacophoniques qui résonnent des différentes scènes. Bref You Instead s’inscrit dans la lignée des films romantiques sympatoches à la Hugues Grant – au passage le personnage d’Adam incarné par Luke Treadaway est proprement à croquer/craquer et je connais nombre de spectatrices qui aimeraient se retrouver menottées à pareil jouvenceau (moi y compris).

A lire également :  Film : Still crazy – Brian Gibson

Cela donne au finish et à la louche 1h20 de plaisir sans prétention, histoire de se vider la tête après le boulot, calé dans son lit avec chéri(e), un paquet de chips et une petite bière ou une tasse de thé pour faire local, histoire de partager cette ambiance bon enfant et de se croire un peu en colonie de vacances rock’n roll. Un luxe par ces temps de disette festivalière.

Et plus si affinités

https://www.canalplus.com/cinema/rock-n-love/h/510093_40099