Évaluer la cote d’un artiste : splendeurs et misères de l’estimation

Ce n’est pas la première fois que nous abordons ce délicat sujet. Documentaires, ouvrages, la question est vaste : « en quoi réside la valeur d’une œuvre ? » est une préoccupation esthétique, philosophique, émotionnelle … et économique. À la clé, la cotation de l’artiste, à savoir ce que ses œuvres valent financièrement. Mais encore ? De quoi s’agit-il ? Pourquoi est-ce si important ? Qui participe de cette évaluation ? En quoi est-ce si fragile ?

Les avantages d’une cote en hausse

La cote d’un artiste se réfère à la valeur perçue de son travail sur le marché de l’art. Cette valeur est souvent mesurée en termes monétaires : on se fonde sur le prix auquel ses œuvres se vendent. Ce dernier sert de baromètre aussi bien aux artistes qu’aux collectionneurs, galeristes, spécialistes, directeurs de musée et autres professionnels du marché de l’art. Avoir une cote en hausse, c’est profiter de plusieurs avantages non négligeables.

  • Cela va permettre à l’artiste de vendre ses œuvres à des prix plus forts. Cela a donc un impact direct sur ses revenus, l’opportunité de gagner sa vie grâce à son art. C’est également une manne pour le galeriste qui a misé sur lui, l’agent qui l’a propulsé sur le devant de la scène ; ces professionnels voient leur commission croître, leur flair en matière de repérage de talent reconnu.
  • L’artiste dont la cote est en hausse attire l’intérêt, la curiosité. Pour les collectionneurs et les investisseurs, c’est un indicateur de la rentabilité potentielle de l’achat d’une de ses œuvres, qui pourrait prendre de la valeur au fil du temps (soit une belle plus-value, en cas de revente).
  • L’artiste coté est alors invité à des expositions, des résidences artistiques, des collaborations, et d’autres opportunités qui peuvent stimuler sa carrière. Il devient visible, une source d’intérêt, un aimant à public. Les visiteurs se pressent dans ses expositions.
  • S’il perdure (attention, les variations de cote sont fluctuantes, au fil des mutations des tendances du marché de l’art, on peut perdre en intérêt) il devient une référence. Cela suscite l’attention prolongée des acteurs du milieu artistique, des biennales, des acheteurs.
  • Plus elle monte, plus la cote de l’artiste va contribuer à la préservation de la valeur de ses œuvres sur le marché secondaire. En d’autres termes, ses créations vont conserver leur valeur au fil du temps.
  • On considère généralement qu’un artiste dont la cote demeure élevée a produit des œuvres d’une grande valeur artistique et culturelle. Sa cote influence alors la perception de son importance dans l’histoire de l’art, la façon dont son travail est étudié et préservé pour les générations futures.

Attention : la cote d’un artiste n’est pas nécessairement liée à la qualité intrinsèque de son travail, car le monde de l’art est influencé par des éléments subjectifs et changeants. Certaines œuvres d’art peuvent devenir très précieuses avec le temps, tandis que d’autres peuvent gagner très rapidement de la valeur (il suffit d’avoir été repéré et chroniqué par un critique important, un collectionneur réputé) et la perdre tout aussi rapidement.

    Cotation et fluctuations du marché de l’art

    C’est que le marché de l’art peut s’avérer très changeant, variant d’une région à l’autre, de pays à pays, de période à période. Il faut bien sûr compter avec ces artistes émergents qui gagnent en notoriété, des styles artistiques qui évoluent au fil du temps. Mais ce secteur est aussi influencé par d’autres facteurs, l’économie, les tendances artistiques, les événements culturels, les avancées technologiques, les conflits, les crises sociales et politiques. Voici quelques tendances qui ont été observées dans les années précédentes, et qui vont vous donner une petite idée de sa stabilité et/ou de sa grande volatilité.

    • La pandémie de COVID-19 a eu un impact significatif sur le marché de l’art, avec des annulations d’événements et des fermetures de galeries. Cependant, la digitalisation a permis de maintenir une certaine activité.
    • Cette digitalisation a eu un impact croissant, avec la montée des ventes en ligne, les NFT (jetons non fongibles) pour les œuvres d’art numériques, et la numérisation des galeries et des musées. Pourtant, on constate récemment une chute du prix des œuvres digitalisées. Leur valeur s’effondre.
    • Les foires d’art internationales continuent d’être des plateformes importantes pour la vente d’œuvres d’art. Art Basel, Frieze, et d’autres événements similaires attirent des collectionneurs du monde entier, et constituent des places d’échange particulièrement fructueuses.
    • Il faut également tenir compte de l’ouverture de nouveaux horizons. Certains marchés, tels que la Chine et les pays du Moyen-Orient, sont extrêmement actifs sur la scène internationale de l’art. En témoigne la traduction des sites des grandes galeries en chinois et en arabe.
    • Les préoccupations environnementales sont de plus en plus importantes. Elles conduisent à une réflexion sur la durabilité dans le marché de l’art, avec un intérêt croissant pour les artistes et les œuvres d’art axés sur ce sujet.

    Qui détermine la cote d’un artiste ?

    Clairement, la cotation d’un artiste est tributaire de ces paramètres, on ne peut plus changeants. Elle dépend aussi des différents acteurs concrets qui interviennent dans ce processus. Voici quelques-uns des professionnels qui interagissent et jouent un rôle clé dans cette alchimie.

    • Les commissaires-priseurs et les maisons aux enchères : les commissaires-priseurs sont souvent impliqués dans la fixation des prix des œuvres d’art lors des ventes aux enchères. Leur expertise contribue donc à déterminer la valeur des œuvres d’un artiste. Les grandes maisons de ventes aux enchères, Sotheby’s et Christie’s en tête, ont également un impact significatif sur le marché de l’art. Être vendu dans un de ces prestigieux établissements, c’est la preuve qu’on est très haut coté.
    • Les galeristes : Les galeristes représentent généralement des artistes. Ils jouent un rôle essentiel dans la promotion et la vente des œuvres d’art d’un talent, ce qui peut influencer sa cote sur le marché.
    • Les marchands d’art : Les marchands d’art sont des intermédiaires qui achètent et vendent des œuvres d’art au nom des artistes ou des collectionneurs. Leur connaissance du marché de l’art peut influencer la cote d’un artiste.
    • Les critiques d’art : Les critiques d’art et les journalistes spécialisés dans l’art peuvent influencer la perception d’un artiste par le public et les collectionneurs. Leurs critiques et leurs articles peuvent aider à façonner la réputation d’un artiste.
    • Les historiens de l’art : Les historiens de l’art sont des experts en histoire de l’art qui étudient et analysent le travail des artistes. Leurs recherches et leurs publications peuvent contribuer à la reconnaissance et à la cote d’un artiste.
    • Les collectionneurs d’art : Les collectionneurs d’art, en particulier ceux qui ont une grande renommée ou des collections importantes, peuvent influencer la demande et la valeur des œuvres d’un artiste en les acquérant et en les exposant.
    • Les experts en authenticité : Les experts en authenticité veillent à ce que les œuvres attribuées à un artiste soient authentiques. Leur certification peut avoir un impact majeur sur la valeur d’une œuvre d’art.
    • Le marché de l’art en ligne : Les plateformes en ligne où les œuvres d’art sont vendues et achetées peuvent également avoir un impact sur la cote d’un artiste, en fonction de la demande générée par les collectionneurs en ligne. On cite Artprice qui s’est positionné en leader sur ce marché, France-estimation.fr, Drouot.com, on trouve désormais des outsiders comme Estimon’objet.

    C’est un très rapide tour de piste, j’en conviens, une vision express : le sujet est autrement plus complexe, plus riche, détaillé par des médias spécialisés. Aussi, cet article doit être perçu comme une base, un premier contact nécessaire pour ceux qui désirent vendre leurs œuvres (il y en a beaucoup parmi nos lecteurs), vendre des œuvres qu’ils possèdent, ou se lancer dans l’achat d’œuvres. Il convient cependant de toujours se poser cette question fondatrice : achetez-vous une œuvre parce que vous voulez réaliser un investissement ou parce qu’elle vous plait, elle vous parle ?

        Posted by Dauphine De Cambre

        Grande amatrice de haute couture, de design, de décoration, Dauphine de Cambre est notre fashionista attitrée, notre experte en lifestyle, beaux objets, gastronomie. Elle aime chasser les tendances, détecter les jeunes créateurs. Elle ne jure que par JPG, Dior et Léonard.