Je, François Villon : l’anti troubadour selon Jean Teulé

02/11/2022

Le Montespan, Le magasin aux suicides, Charly 9, Darling, … on oublie souvent que Jean Teulé s’est également illustré en écrivant des romans consacrés aux poètes maudits Rimbaud, Verlaine et leur père spirituel François Villon. Exercice périlleux, car de Villon, il reste peu de souvenirs, hormis les traces notariées de ses exactions et ses ballades, dont « Les dames du temps jadis » et la « Ballade des pendus »…

Read More >>

Mangez-le si vous voulez : Jean Teulé et le cannibalisme à la française

02/11/2022

Et hop, une chronique ARTchemisienne de plus dédiée au grand Jean Teulé (que voulez-vous, quand on aime, on ne compte pas). An de grâce 2009: arrêtons-nous sur les quelque 120 pages du très charmant Mangez-le si vous voulez. Une journée de sévices Une petite balade bucolique dans les campagnes périgourdines, où nous assistons la fleur aux lèvres au massacre en règle d’un jeune nobliau mis en pièce par des villageois…

Read More >>

Fleur de Tonnerre – Jean Teulé : meurtrier, poétique … et breton

04/06/2021

En Bretagne, depuis des siècles et de siècles, c’est l’Ankou qui moissonne les vies. De lande en plage, de bourg en chapelle, de source magique et forêt féérique, le charretier de la Mort fauche les vies et engrange les âmes comme le ferait un agriculteur consciencieux. La tâche est lourde, complexe, et fatigante. Grandie à l’ombre des dolmens et des trolls qui peuplent les légendes, la petite Fleur de Tonnerre…

Read More >>

Entrez dans la danse : quand Jean Teulé achève bien les chevaux …

28/10/2018

Une fois de plus, Jean Teulé, auteur béni de Le Montespan, Mangez-le si vous voulez, Fleur de Tonnerre et Je, François Villon déboule dans nos rubriques pour y droper sa plume hallucinante, de nouveau inspirée par les dérives les plus atroces de l’humanité. Cette fois-ci, il nous emmène à Strasbourg en 1518, dans une cité en proie à la famine et à la danse de Saint Guy. Alors que la…

Read More >>

Le dernier crâne de M. de Sade : le respect et l’envie

première de couverture du livre Le dernier crâne de M. de Sade
31/12/2020

Le dernier crâne de M. de Sade ? Nous sommes en 1814 : dans une cellule de l’hospice de Charenton, un vieillard se meurt. Un vieillard obèse, obscène, éructant les pires blasphèmes devant les rares prêtres horrifiés qui le visitent. Un vieillard dont on entend les râles de plaisir à chaque visite de la juvénile petite blanchisseuse de l’établissement. Un vieillard qui fait l’admiration de plusieurs des médecins appelés à…

Read More >>

Marianne : le projet Elden Witch ?

23/09/2019

Avec le raffut médiatique orchestré par Netflix autour du lancement de cette nouvelle série franco-horrifique, vous pensiez bien que nous n’allions pas laissé passer le phénomène Marianne. Soit huit épisodes de durée variable pour nous narrer le retour d’Emma Larsimon dans son Elden natal afin d’y traquer l’entité qui la dévore depuis son enfance. Un bad choice à la base Une sorcière donc que cette Marianne, qui a impacté Emma…

Read More >>

Trouvaille Musique : Dancing Plague

03/09/2019

Ceux qui s’y connaissent un peu en Histoire devraient apprécier le patronyme : Dancing Plague endosse volontairement et sans scrupule l’appellation désignant la peste dansante qui frappa Strasbourg en 1518. Et pour ceux qui ignoreraient la chose, un rapide coup d’œil sur le roman Entrez dans la danse de Jean Teulé devrait les mettre au parfum de cet épisode horrifique. Une disette atroce, une population affamée autant que miséreuse, la folie…

Read More >>

L’Embaumeur : quand Isabelle Duquesnoy façonne l’odieuse confession de Victor Renard …

01/09/2017

Quel choix de vie avez-vous quand vous naissez bossu et laid, dans une famille pauvre, avec une mère épouvantable et un père qui se fait éventrer à coup de soc de charrue, en prime dans un XVIIIeme siècle finissant et révolutionnaire ? Voici l’équation que le jeune Victor Renard va devoir résoudre pour survivre, avec comme solution d’embrasser la carrière équivoque d’embaumeur. Et Isabelle Duquesnoy de broder à partir de ce…

Read More >>

Reflet d’artiste / GiedRé : la princesse Caca rentre dans le tas, la fée Scato ne mâche pas ses mots

19/01/2014

Elle est  blonde, souriante, lumineuse. Ses yeux sont pervenche. Sa voix est aussi fraîche, douce et cristalline que sa taille est menue. Son prénom respire les terres slaves, elle vient du Nord et sent la neige. Voici GiedRé, et elle chante. Des horreurs : Des horreurs ? Ou bien plutôt les nôtres ? En général et en particulier ? La vie quoi, son ironie, sa fragilité, sa monstruosité constante, cette salope de vie qui…

Read More >>