Tu t’appelais Maria Schneider : plus qu’un hommage biographique

Elle est restée dans les mémoires à cause du film Le Dernier tango à Paris. Cette scène de viol anal, beurre au poing, fomentée par Bernardo Bertolucci et Marlon Brando sans qu’elle en sache rien, qu’elle va subir contre son gré, filmée de force. Une scène qui va la poursuivre toute sa carrière, la marquer au fer rouge. Et dont elle ne se remettra jamais. Pourtant Maria Schneider ne peut, ne doit pas se résumer à cet épisode navrant. Et c’est l’objectif du livre Tu t’appelais Maria Schneider que de mettre en perspective sa vie de femme et d’actrice.

Le destin immuable des comédiennes

Une biographie ? Pas seulement. Certes, le vécu de Maria Schneider est sulfureux, piégée qu’elle est entre un père célèbre mais absent, son statut d’enfant illégitime, la célébrité trop vite acquise, la drogue qui la ronge, les médias qui la stigmatisent … En relatant le parcours pour le moins chaotique de cette cousine adorée, Vanessa Schneider donne aussi à voir le destin immuable des comédiennes perçues comme des objets de désir, des fantasmes en devenir à exhiber devant la caméra, dévorées par le système, adulées mais réifiées.

A lire également :  Eva Ionesco – Innocence : Alice au pays des tourments

Histoire familiale complexe

Et puis, en toile de fond, il y a une histoire familiale complexe, une souffrance transmise de génération en génération comme une maladie génétique, et que tous dans cette tribu partagent, tout en se déchirant. Métissage, engagement politique, contestation, la période ajoute à ce cocktail instable le caractère explosif des années 70, ces fameuses années de plomb à la saveur bien corrosive, passé le premier effet de liberté absolue. De page en page, Maria Schneider apparaît comme une égérie maudite de cette période, une idole qu’on brûle car elle fascine trop.

A lire également :  Marilyn et JFK : american tabloïd à la française ?

Livre gigogne à l’écriture passionnée, Tu t’appelais Maria Schneider s’impose dés les premières lignes comme un hommage vibrant, une mise au point inévitable, un besoin vital pour l’auteure de dire son amour pour celle dont elle saisissait si justement la douleur, les errances et l’éclat véritable.

Et plus si affinités

https://www.livredepoche.com/livre/tu-tappelais-maria-schneider-9782253237808