Trouvaille musique : Ponta Preta

groupe de rock ponta preta

Direction Lyon (ah Lyon, cher berceau ARTchemisien, notre ville de cœur) pour y dénicher une trouvaille musicale assez surprenante en ces terres intérieures : « Oscillating between Californian pop and surf rock, Ponta Preta are worthy representatives of the surf revival providing beachy, sunny vibes when we need them most ».

Chiller en mode surf

Une présentation on ne pleut plus british mais assez juste dans sa synthèse, pour un quintet visiblement abreuvé aux sources du rock psychédélique en mode surf. J’ignorais qu’on pouvait prendre la vague sur la Saône … Le Rhône peut-être, si irascible ? Non, la musique de Ponta Preta est tranquille, faite pour chiller au soleil, onduler un drink à la main sans se prendre la tête.

Grattes solaires

Ce qui ne veut pas dire qu’elle soit cheap, loin de là. L’écoute des 10 tracks de Tips up, premier album tout chaud sorti ce 16 avril, devrait vous convaincre du professionnalisme de ces messieurs. Il y a de l’étoffe, le son est travaillé, les rythmes affriolants, les grattes solaires, un petit côté funk qui se glisse de ci de là, une petite note de bossa, des voix éclatantes.

Être ensemble

« I wannna know » bien sûr vous hameçonnera l’oreille, également « Scusi frate », « Circus smile », « In the wind », « Morning tuesday » … petits crushes persos qui n’engage que moi, mais où je retrouve l’exultation de Kula Shaker, un de mes groupes fétiches … et puis ce son sixties si particulier, net, ample … et ce plaisir évident d’être ensemble en train de jouer, de composer, de partager …

Un rayon de soleil qui transperce les ombres, allège le cœur … et qui ne demande qu’à s’embraser sur scène. Courage, on y est presque ! D’ici là, on s’éclatera dans son salon en passant en boucle Ponta Preta ! Et on attendant le second album de pied ferme.

Et plus si affinités

https://www.facebook.com/pretaponta