Snowpiercer 2 : Wilford le tyran

affiche saison 2 de la série snowpiercer

Snowpiercer 2eme du nom, here we are ! Toujours dystopique, la saison 2 va-t-elle apporter un peu d’espoir dans cette apocalypse polaire ? C’est la question, doublée d’une réflexion assez oppressante sur la capacité de l’être humain à prendre son destin en main

Wilford is alive !

Petit rappel : au terme d’une saison 1 assez mouvementée, nous avions laissé Andre Layton ( Daveed Diggs) et ses compagnons d’infortune à bord d’un Snowpiercer arraisonné par un second train, avec en tête deux constats : il existe d’autres survivants ; les intentions des occupants de La Belle Alice ne sont visiblement pas très amènes. De fait, à bord de ce second convoi, la fille de Mélanie, Alex, devenue elle-même ingénieure sous la férule de … Wilford !

Eh oui, ce dernier (remarquablement interprété par Sean Bean) a survécu au Grand Froid, se réfugiant dans cette locomotive de secours avec quelques centaines de rescapés qu’il mène d’une main dictatoriale. Et c’est tout le problème : au fil des épisodes, nous découvrons que cet être de légende est en fait un parfait psychopathe, un pervers d’envergure olympique, doté d’un ego effrayant et animé d’une haine farouche pour cette Mélanie (Jennifer Connelly) qui lui a tout volé, jusqu’à son identité. 

Un pourri de A à Z

Bref une sale nature, un pourri de A à Z. Certainement pas un philanthrope désireux de préserver ce qui reste de la race humaine, et de lui offrir un avenir. Encore moins un adepte de l’expérience démocratique à l’œuvre à bord du Snowpiercer. Wilford arrive dans cette situation extrêmement instable pour générer le chaos et récupérer SON bien. Quitte à étouffer dans l’œuf toute potentielle sortie de crise, tout espoir d’une vie à l’extérieur. 

En dix épisodes, nous allons en savoir plus sur les relations entre ces personnages si différents, leur passé, leurs confrontations, leurs attachements ; nous allons découvrir le pourquoi du comment de cette situation ubuesque. Nous allons surtout voir s’affronter des forces antagonistes : la dictature face à la démocratie, l’individu face au groupe, la supériorité face à l’égalité. Et nous allons comprendre la complexité du pouvoir.

A lire également :  Occupied : Machiavel en Norvège

Machiavel à l’âge de glace

Alliances, oppositions, complots, opérations de déstabilisation, propagande, attentats, coups d’État … Snowpiercer 2 respecte à la lettre le programme établi par Machiavel dans Le Prince, version âge de glace. Après avoir conquis une forme de liberté ô combien précaire au sein même d’un territoire déterminé, il faut s’affirmer face à une puissance étrangère dont les visées sont clairement belliqueuses et prédatrices. Et ce n’est guère évident quand cette puissance entretient de farouches partisans.

Il va falloir ruser, donc. Sans renier ses valeurs initiales, et c’est là le risque, car face à un adversaire aussi retors et inique qu’un Wilford, il faut parfois se montrer brutal et manipulateur. Impossible de faire autrement : c’est une lutte à mort. Car dans cet enfer blanc, il n’y a nulle part ailleurs où se réfugier. Et c’est là la particularité de cette dystopie que de nous confronter à un enfermement total. Hors du train, pas de survie possible … à moins que ?

A lire également : House of cards … in Westminster : thriller politique entre Tatcher et Shakespeare

Détruire ou être détruit

La série envisage une pointe d’espoir pour un avenir très lointain. Pour lors, impossible de se défiler. Et Snowpiercer 2 de nous placer face aux réalités politiques d’une situation d’urgence climatique extrême.  Hormis ces wagons, on ne peut aller nulle part. Face à un Wilford qui incarne toutes les facettes du tyran fou, soit on détruit, soit on est détruit. Impossible de rester neutre. Parfaite incarnation de ce dilemme : Ruth Wardell.

La concierge en chef va devoir choisir son camp. Interprétée par Alison Wright, cette fanatique de Wilford va progressivement s’étoffer, sortir de sa zone de confort, prendre des risques, révéler son humanité. Ouvrir les yeux, s’affirmer, se rebeller. Et agir pour le bien commun, et non plus par adoration pour un gourou dont elle découvre les failles et les mensonges.  Ses mutations constituent un enseignement à méditer, en attendant une saison 3 qui devrait poursuivre son cheminement haletant vers plus de lumière.

 

Et plus si affinités

Vous pouvez voir la saison 2 de Snowpiercer sur Netflix.