Long Live The Geek !!! / Part 18 : Maliki

La vie n’est pas toujours rose, même lorsqu’on est l’héroïne fictive d’une bande dessinée autobiographique. Mais si elle arrive très bien à discerner les aléas de la vie, Maliki garde toujours la tête haute et continue de nous narrer ses belles aventures, tout en sachant nous faire rire de ses déboires divers.

Inventé en 1995 par Souillon (un nom de plume énigmatique pour un auteur tout aussi étrange qui se présente comme un larbin de l’héroïne et qui vient signer les autographes à sa place), Maliki mettra neuf ans avant d’arriver sur nos écrans. Neuf ans pour devenir autonome et vivante comme le souhaitait son créateur. C’’est de cette façon qu’a débuté le webcomic de Maliki répertoriant ses nombreux strips humoristiques. Petite explication : le strip est une méthode de bande dessinée appelée ainsi parce que l’auteur met sa vie à nu, ce qui est effectivement le cas pour Maliki qui ne raconte que du vécu. Les formats de ces Strips sont divers et variés, ainsi les premiers Strips de Maliki se présentaient en quelques cases alignées puis petit à petit elle se mit à dessiner des histoires plus longues, utilisant par ci par là des cases sans bords.

Ces Strips la mettent en scène dans sa vie quotidienne, accompagnée par son fidèle entourage : Feänor et Fleya (ses deux chats), Ladybird (un double métaphysique de Maliki qui possède son caractère propre), Electrocute (réincarnation d’un chat d’une amie d’enfance décédée), John Le Normand (un ami passionné par les Vikings), Fang (une enfant asiatique recueillie par Maliki) et encore bien d’autres personnages qui mêlent rêve et réalité. Bien que l’auteur soit français, on peut discerner une nette inspiration des mangas, on peut donc se dire que Souillon a dû baigner un minimum dans l’univers japonais lors de sa tendre jeunesse. Néanmoins, il a dépassé le stade de cette inspiration et a créé son propre style de dessin qui n’a cessé d’évoluer depuis ses débuts.

En 2007, le premier tome de Maliki, intitulé Maliki broie la vie en rose, est publié par l’éditeur Ankama. Souillon peut enfin gagner sa vie. Mais il veut laisser la possibilité aux internautes soit de continuer à lire Maliki gratuitement sur le site, soit d’acheter les publications papier : les différents tomes reprennent les strips du site de Maliki avec une structure un peu différente pour s’adapter au format A4 et parfois quelques petites modifications. Actuellement il existe cinq tomes qui continuent de se vendre parmi les fans de notre chère  héroïne.

L’humour de Maliki est un des plus marquants qu’il m’ait été donné de voir et aussi un des mieux construits. Cet humour féminin dévastateur, même s’il est écrit par un homme, se marque par sa grande diversité. En effet, chaque personnage possède des traits d’un humour propre, comme John et l’humour barbare, Maliki et ses deux facettes donnant naissance à deux types d’humours différents (une Maliki « rose » pleine de vie et toujours mignonne malgré son côté ronche et une Maliki « evil » buvant son whisky et maudissant le monde), l’humour mignon tournant soit autour des chats, soit autour de Fang et de sa mauvaise prononciation du français soit autour de l’enfance de Maliki. Maliki nous fera donc rire de bien des façons, avec des blagues souvent en rapport avec l’actualité.

Mais Maliki ne s’arrête pas là, en plus de nous faire rire, elle représente à elle seule le statut de la femme moderne : elle est libre, recueille un enfant (ce qui ressemble à de l’adoption) bien qu’elle soit célibataire. Elle sait nous montrer qu’elle est différente, en vivant dans son petit monde fantasmagorique, en n’hésitant pas à nous montrer ses deux facettes, sa personnalité cachée l’assimilant à une sorte d’Emily The Strange vêtue de rose.

 

En résumé donc, Maliki est une bande dessinée très attachante et drôle, à lire pour se détendre en s’amusant. Mais c’est aussi un projet inédit et selon moi très inventif : créer un personnage paraissant vivant et donnant l’impression d’être autonome relève à mon avis de la présence d’un certain génie chez son créateur, qui pourtant reste bien mystérieux et met en valeur son personnage bien plus que lui-même. Et même si cette bande dessinée n’a pas de scénario suivi, il ne faut en aucun cas déplorer ce point ; car si on s’attendait toujours un minimum à la suite des évènements, alors Maliki ne serait plus aussi inédit et cette bande dessinée ne ressemblerait peut-être plus tellement à une sorte de journal intime graphique.

Et plus si affinités

http://maliki.com/

https://www.facebook.com/pages/Maliki/91902783927

 

Série Long live the Geek !

Reflet d’artiste : Pomf et Thud … ou l’art d’être fairplay !

Soirée O’Gaming – Pomf et Thud : Long live the geeks !!!!!!

Long live the Geek ! part 2 : Japan Expo 12eme impact

Long live the Geek !!!!! – Part 3 : AOA, exploration poussée en milieu geek lyonnais hyperactif

Long live the geek !!! Part 4 : LAG TV, une nouvelle ère commence…

Long live the geek Part 5 : Pomf et Thud s’offrent le Bataclan !!!!

Long live the geek !!!! Part 6 : de la musique dans les jeux videos ?????

Long live the geek !!!! Part 7 : O’gaming 2 en direct du théâtre des opérations

Long live the Geek !!! part 8 / Montpellier in Game : welcome in Gam’o’ polis.

Long live the geek ! Part 9 : Pacmanize me !!!!

Long live the Geek !!! Part 10 : exposition Gamestory … un tournant ?

Long live the geek !!! Part 12 : Amnesia The dark descent

Long live the geek !!!! Part 11 : League of legends

Long live the geek !!! Part 12 : Amnesia The dark descent

Long live the geek !!! Part 13 : MadmoiZerg … et les geekettes dans tout ça ?

Long live the Geek !!!!! Part 14 : PARIS MANGA …LA 13ème !!!! Un salon en mutation ?

Long Live the geek !!! / Part 15 : un petit cosplay pour la Saint Valentin ?????

Long live the geek !!! part 16 / Angry birds : piafs enragés et demolitions aviaires !

Long Live The Geek !!!! / Part 17 : Le rétro-Gaming