L’Emprise – La France sous influence : quid de l’Hexagone sur l’échiquier géopolitique mondial ?

couverture du livre de Marc Endeweld, L'Emprise- La France sous influence

Bimbadaboum ! Le livre L’Emprise – La France sous influence déboule dans le paysage politique français en mode éléphant dans un magasin de porcelaines. Le journaliste Marc Endeweld complète ainsi les deux premiers ouvrages qu’il a consacrés à la success story d’Emmanuel Macron en s’attaquant à une délicate problématique : qu’en est-il exactement de l’aura de la France à l’étranger aux premières heures de 2022 et au crépuscule de la première présidence de Jupiter ? En d’autres termes, notre chère patrie compte-t-elle encore sur l’échiquier géopolitique mondial ?

Mondes en mutation, bordel en gestation

Et là, c’est le drame ! Pas pour rien que ce pavé de 560 pages débute sur une citation d’Antonio Gramsci : “Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres”. Sympa, non, cette petite prophétie prononcée au temps où le fascisme italien pointait le bout de son nez ? Le bouquin n’a pas encore commencé que déjà on est au diapason : mondes en mutation, bordel en gestation. Depuis bien longtemps du reste, dès l’émergence de la Guerre froide sur les décombres de l’Europe dévastée par le nazisme et la Seconde Guerre Mondiale.

Avec une précision de légiste, Endeweld nous raconte comment progressivement la France a rétrogradé en périphérie des enjeux stratégiques mondiaux. À l’heure où les USA pataugent pour éviter que la Chine ne devienne la première puissance de la planète (ce qu’elle est déjà de fait), les alliances d’antan ne fonctionnent plus. L’Europe est devenue une rivale autant qu’une alliée, dans une guerre économique d’envergure où tous les coups sont permis, où les systèmes de renseignement pratiquent l’espionnage industriel de masse, où les diplomates jouent les VRP, où les intérêts personnels priment par rapport au bien commun.

L’Ambigu Monsieur Macron – Le Grand manipulateur : la saga de Marc Endeweld nous concerne tous

Les racines d’un dépeçage

Des intérêts personnels qui ont noyauté les hautes sphères à grand coup de lobbying, détricotant au passage nos fleurons industriels, nous mettant ainsi en dangereuse situation de dépendance par rapport à ceux qui désormais fabriquent pour nous, nous fournissent en énergie et en matières premières, raflent les places stratégiques, ports, aéroports, routes, accès internet… “État d’impuissance”, “Rester dans le jeu”, “Liaisons dangereuses”, “Nos amis américains”, “La Chine à l’offensive”, “Guerres de l’ombre”, “A la périphérie du monde” : les titres de ces parties parlent d’eux-mêmes.

Dans ce renversement des grandes alliances, dans la logique de nouveaux blocs portant des intérêts antagonistes, la France, dépecée par les appétits capitalistes, ne pèse plus très lourd : même sa sécurité est mise à mal. C’est ce qu’Endeweld met en évidence page après page, dans un exposé détaillé qui fouille loin dans les racines de ce mal moderne pour saisir la logique de cette vampirisation. Il revient sur l’affaire Alstom, évoque l’omniprésence d’Alexis Kohler dans les coulisses du pouvoir macronien, le lobbying féroce qui domine dans les couloirs des ministères, les clans qui soutiennent la politique américaine, ceux qui militent pour le rapprochement avec la Chine…

Le Président des ultra-riches : les Pinçon-Charlot à l’assaut de la Macronie

La géopolitique : une discipline complexe

Son livre se dévore à la fois comme une enquête policière, un roman d’espionnage, un cours d’Histoire passionnant. Il en ressort que la géopolitique est une discipline complexe où se mêlent le destin des pays et les ambitions des individus, où patience, observation, méfiance sont des atouts essentiels. Cela ne s’improvise pas. Les enjeux sont trop importants. Pourtant, au fil des années et des présidences, on a dépecé la présence française, on l’a rognée pour lui subtiliser les intérêts de grands groupes eux-mêmes noyautés par des représentants des grandes puissances. La France est devenue un espace d’affrontements larvés dans une nouvelle guerre froide qui ne dit pas son nom.

Autant être prévenu, après cette lecture, vous risquez d’avoir la nausée et de sacrées angoisses. Mais vous aurez aussi une vision bien plus nette des forces en présence, et cela devrait vous éclairer sur l’état du monde et son avenir. Pour sûr, la citation de Gramsci était tout à fait appropriée pour synthétiser cette réflexion détaillée et illustrée, appuyée de références, de témoignages. Vous voulez comprendre où va le monde ? Fermez vos réseaux sociaux, ouvrez L’Emprise : vous allez être édifié et cela va finalement vous faire beaucoup de bien.

Et plus si affinités

Pour en savoir plus sur le livre L’Emprise – La France sous influence de Marc Endeweld, consultez le site des éditions Seuil.