Film : Manhattan – Woody Allen




1979 : Woody Allen signe ce chef d’œuvre absolu.

Un auteur mal dans sa peau et en quête d’inspiration (récurrent chez le réalisateur) qui vit des relations amoureuses tumultueuses et conflictuelles avec plusieurs maîtresses, dans une société new yorkaise intello en quête de psychanalyse et de quiétude.

Le scénario tiendrait sur un timbre poste et ne vaudrait pas clopinette à lire comme ça.

  • Sauf qu’il accumule les situations drolatiques, les passages romantiques et les répliques à se tordre, dans un esprit propre à Allen qui fait la singularité de son travail.
  • Sauf qu’il est interprété de façon magistrale par le maître Allen et sa compagne d’alors Diane Keaton en un duo absolument parfait de complicité jusque dans ses failles et ses ruptures.
  • Sauf qu’il est un hymne aux méandres du cœur et des sentiments malmenés en ce XXeme siècle déjà bien complexe quant aux relations humaines.
  • Sauf qu’il est tourné en N/B d’où une esthétique particulière, très classe, très épurée, précieuse et sensible à la foi.
  • Sauf que la musique est signée Gershwin, et qu’on a rarement à ce point mis en valeur cette composition majeure qu’est Rhapsody in blue.
  • Sauf que le générique est à lui seul une leçon de cinéma et une déclaration d’amour enflammée à NY City.

Bref plus qu’un classique qui ne se démode pas, Manhattan est un incontournable culturel, un ovni artistique qui ne trouvera jamais son pareil.

Posted by Delphine Neimon

Fondatrice, directrice, rédactrice en chef et rédactrice sur le webmagazine The ARTchemists, Delphine Neimon est par ailleurs rédactrice professionnelle, consultante et formatrice en communication. Son dada : créer des blogs professionnels. Sur The ARTchemists, outre l'administratif et la gestion du quotidien, elle s'occupe de politique, de société, de théâtre.

Website: https://www.theartchemists.com