Album : Léonie Pernet – Le cirque de consolation – InFiné – 2021

pochette de l'album le cirque de consolation de Léonie Pernet

Léonie Pernet une fois de plus, encore, toujours. Taillant sa place à coups de serpe comme une druidesse hallucinée, et gare aux doigts des malheureux qui se glisseraient dans le bouquet de gui qu’elle convoite. Léonie, toujours droite, fougueuse, talentueuse, qui, après le magistral crave, revient avec Le cirque de consolation, second album alambiqué et superbe.

Une longue déclaration

L’indomptable propose onze chansons racées et prenantes, mélodies complexes et sensorielles où elle pose d’une voix vibrante d’amour et sincérité, des mots profondément justes, sobres, néanmoins vrais. Une longue déclaration, dont les accents changent d’un morceau à l’autre, une mélopée ensorcelante de Circé séductrice qui contredit le visage sans artifice de cette gamine au regard affûté.

Afflux de sensations

Une sacrée compositrice par ailleurs, investie, visionnaire, dont la maîtrise est indéniable, le style toujours plus complexe et raffiné, identifiable sans redondance sur chaque perle de ce collier harmonique presque terrifiant par l’afflux de sensations qu’il engendre chez l’auditeur. Parler à l’âme, parler aux rêves, parler aux peurs… Léonie, aède électro ?

Imposer ses propres règles

Il paraît que les chanteuses et musiciennes sont éconduites des charts et des récompenses, dixit le livre Chanteuses. On peut déplorer cette fatalité… ou s’y soustraire en imposant ses propres règles, sans concession aucune. Le cirque de consolation confirme Léonie Pernet dans cette position de surdouée indépendante qui lui va à ravir et augure d’une carrière rayonnante.

Et plus si affinités

Pour en savoir plus, consultez le site de InFiné ou le compte Instagram de Léonie Pernet.