Tour Paris 13 – de l’art à la poussière : le street art, cet illusionniste de l’urbain …

xwwpkbceguxi6pnievpv

Rappelez-vous, c’était le 20 octobre 2013 : nous chroniquions avec intérêt la folie artistique déclenchée dans le sillage de l’expérience Tour 13. Aujourd’hui il ne reste rien des fresques magnifiques, englouties dans l’effondrement de 9 étages de briques, de béton et de ferrailles. Rien ne demeure du travail effectué par la centaine d’artistes impliqués das ce projet un peu fou mais si pertinent, enrôlés par la galerie Itinerrance dans cette station créative durant quelques mois pour drainer la fascination de milliers de spectateurs et finir dans les décombres.

600175_629215693779746_796229752_n

Grandeur et misère de l’imagination avalée volontairement par les soubresauts d’une ville en perpétuelle mutation : ne demeurent de cette odyssée polychrome/polymorphe que des souvenirs, des photos, des publications, un site en ligne … et ce documentaire d’une cinquantaine de minutes, réalisé par Thomas Lallier. Pour garder trace. Pour conserver un résidu de l’émotion en action. La gestation d’une volonté, d’une transformation. Une beauté fulgurante.


Tour Paris 13_Trailer par tourparis13

Que nous apportent ces images ? Un récit. Celui d’une ambition : réinventer l’atelier de maître tel que le définirent Léonard de Vinci, Rembrandt ou Le Titien. Un laboratoire d’étincelles cérébrales, où des génies insaisissables s’infiltrent dans un univers pour en repenser la logique, en restituer les ondes, la signification profonde et cachée. Donner du sens ? Peut-être. Au moment où on en transgresse l’essence. Sans même s’en rendre compte. Chacun des artistes présents parcourt les ruines, investit un espace, y cherche la mémoire des ombres qui y vécurent, leur rend hommage à sa façon.

994623_629230547111594_1715913182_n

Lumières, couleurs, mouvements : on reste confondu devant l’ingéniosité, la diversité, l’intelligence des propositions. Et l’on se prend à rêver : pourquoi vouer ces superbes à la destruction ? Pourquoi ne pas en faire une force de vie, partout répandue, dans nos trains, nos sous sols, nos halls, nos murailles ? Pourquoi ne pas laisser le street art s’inviter dans nos maisons, nos foyers ? Pour y mettre du volume, de la chaleur, de la recherche, de l’élégance ? Pour interroger nos valeurs ? Contester nos croyances ? Jouer de nos spécificités ? Nous inviter à nous approprier ces formes et continuer leur histoire ?

1233331_629217250446257_532840017_n

Tour Paris 13 est sous titré « de l’art à la poussière », pourtant c’est ici de la poussière que naît l’art. Et ces images simples, humbles et raisonnables, prouvent une fois de plus que la vie sans l’art n’est qu’ectoplasme, que c’est l’art qui lui donne de l’épaisseur, une portée, une palpitation plus forte que tout car totalement libre.

Et plus si affinités
http://www.tourparis13.fr