Génération Chaos : du punk à la new wave 6 ans de révolution ?

B25613

1976 : les Sex Pistols s’imposent dans le paysage cultural anglais pour y semer la discorde. Façonnés par Malcolm McLaren comme un produit marketing de génie, ils laissent dans leur sillage un parfum de révolution dont nous respirons encore les retombées. Pourtant ils ne sont qu’une étape dans un processus plus complexe, que l’auteur Christophe Bourseiller passe au crible dans les 320 pages de cette passionnante Génération Chaos.

D’une plume haletante, au style nerveux proche d’un thriller, il nous compte par le menu les différentes métamorphoses d’un mouvement contestataire fermenté à l’origine aux USA pour venir s’implanter en Angleterre avant d’essaimer partout en Europe. Pour le pire bien sûr, car « there is no future » mais aussi pour le meilleur d’un véritable mythe fondateur, auréolé d’une gloire sulfureuse.

D’albums en concerts, nous retrouvons les têtes pensantes de cette farandole effrénée qui va transformer notre rapport à la musique, à l’art et à la création. Autodestructeur et nihiliste, le punk plonge dans la violence, l’excès et la drogue dans un pur esprit dada qui frise l’autodestruction avant de s’orienter vers la lutte sociale.

La new wave ralentit le rythme de la sarabande pour y substituer une syncopée introspective proche du mysticisme. Mais le mal est fait et c’est un bien. Complémentaire de l’intense Apathy for the devil de Nick Kent, Génération Chaos sent aussi son vécu, doublé d’un esprit critique abouti et d’un léger sentiment de nostalgie : retrouvera-t-on jamais un jour ce formidable désir de subversion, propulsé par le DIY à toutes les sauces et la volonté répétée, farouche de briser les codes ?

Et plus si affinités

http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/X-treme/Generation-chaos

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.