Mode et design : l’heure du canevas a sonné !

exemples de canevas upcyclé

Dans la série « Upcycling mon amour », il n’y a pas que les vieux tissus récupérés au fond des stocks des griffes de luxe ou dans le grenier de papy/mamy qui font le bonheur des designers et stylistes convertis à l’art de la récup’. Les canevas, eux aussi, profitent de cette mouvance du recyclage tout terrain, avec à la clé des créations uniques, des idées ingénieuses et des rendus flirtant entre le mauvais goût assumé et un charme old school attrayant. Quelques exemples pour illustrer mon propos.

Nathalie Gagneux

On vous en a déjà parlé dans un précédent article, mais on en remet une couche parce qu’on adore son travail. Nathalie Gagneux demeure une spécialiste du genre, qui transforme canevas désuets et tentures poussiéreuses en coussins élégants. Son dada : la métamorphose de fauteuils/chaises/tabourets/poufs et autres assises chinées çà et là, qui s’éclairent de paysages old school et de tableaux patiemment brodés au fil de coton. Un must have !

Les Mémères – Paris

Sacs, trousse à maquillage, pochettes où fourrer crayons, kleenex, tablette et tout le bordel qui vous accompagne au quotidien, vous trouverez tout ça chez Les Mémères-Paris, l’enseigne assumée de marine, qui joue ici la carte de l’upcycling kitsch et fier de l’être (un gros coup de cœur pour la pochette Claude François, j’adore). Objectif : titiller notre madeleine de Proust. Nous avons tous des souvenirs liés aux canevas qui ornaient les murs de nos grands-parents. Pourquoi ne pas en revendiquer le souvenir en l’affichant sur son sac ?

Laurence Courbot

Le canevas devenu bijou ? Avec Laurence Courbot, pas de problème. Plastrons, manchettes, médaillons, la dame y va de bon cœur et n’a pas de limite quand il s’agit de créer des parures inédites et farfelues. Quitte à y mêler fleurs artificielles, paillettes, broderies dans un tourbillon de fantaisie assumée, qui évoque à la fois la parure tribale, le délire punk et la Folle de Chaillot. C’est théâtral, surprenant, surréaliste : tout le monde ne s’y reconnaîtra pas, et c’est tant mieux, car il faut du caractère pour arborer ces compositions hors normes.

Kristin Mallison

Direction N.Y, Brooklyn plus spécifiquement, pour découvrir comment les créations de la styliste Kristin Mallison. Taillés dans des étoffes d’ameublement désuetes, mini-jupes et bustiers s’ourlent de galons et de franges, de pans et de médaillons découpés dans de vieux canevas. Kitch à souhait, les motifs alternent chatons mignons, perroquets multicolores, portraits du XVIIIe siècle et Christ en croix. On déteste ou on adore, mais pour sûr, on ne peut rester insensible.

Kuddkonst

La Suède n’est pas en reste dans cette chasse au canevas upcyclé. Chez Kuddlonst, il orne le dos de vestes en jeans, se transforme en col amovible, en banane. Et on peut même assortir le vêtement et les accessoires, histoire de se relooker avec les tournesols de Van Gogh. Là aussi, cela a du chien, c’est faussement sage, original, parfait pour personnaliser une tenue.

Betty Meissonnier

J’aurais pu la chroniquer en avant-garde, mais clôturer ce petit listing avec les œuvres de Betty Meissonnier m’a semblé d’une évidence aveuglante. Ici pas de fringues ni d’accessoires, mais du pochoir venant raturer des canevas antédiluviens. Grand cri punk par excellence, un « merde » sonore qui raye le sourire en coin de la Joconde, «J’habite seul avec maman » surlignant le regard d’un Jésus en pleine passion. Une nouvelle déclinaison du célèbre « le poids des mots, le choc des photos ».

Je vous ai prévenus en intro : ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres. Il suffit de taper #canevas et #canevasrecyclé dans la fenêtre de recherche d’Instagram pour voir déferler un tsunami créatif aux multiples visages. Idem chez Pinterest ou quand on commence à fouiller la thématique via Google. Posé, romantique, girly, provo, l’upcycling du canevas est une tendance forte qui offre pas mal de variations… et quelques sourires. C’est que d’une mutation à l’autre, on retrouve souvent les mêmes motifs ! Grandeurs et misères d’un business de loisir féminin qui se découvre une seconde jeunesse particulièrement prolifique.