La Commune de Paris par ceux qui l’ont vécue : retour impartial sur 72 jours d’histoire sociale

18 mars 2017 : date anniversaire du début officiel de la Commune de Paris en 1871. 146 ans plus tard, ces deux mois de révolution sociale demeurent absents des livres d’Histoire de nos bambins, et de notre perception du passé. Seul souvenir bien visible dominant Montmartre, le Sacré Coeur érigé pour racheter les fautes du peuple parisien qui avait oser se révolter et prendre son destin en main. Voici qui en dit long sur la perception que l’on a de la Commune, décriée férocement par les uns, sublimée par les autres. Mais qu’en est-il exactement ? Pour le savoir, il suffit de consulter l’excellent ouvrage La Commune de Paris par ceux qui l’ont vécue.

Rédigé d’une plume précise et analytique par Laure Godineau, universitaire versée dans les arcanes de la France du XIXeme siècle, ce livre édité chez Parigramme (signe de qualité et de pertinence) aborde toutes les facettes d’un phénomène politique précurseur de la révolution russe et des grands mouvements populaires du début du XXeme siècle. Antécédents historiques, ancrage de la révolte dans la débâcle du Second Empire et l’échec dans la guerre avec la Prusse, refus d’un gouvernement tirant vers une éventuelle restauration de la monarchie, organisation de la Commune, portraits des communards, inévitable guerre civile qui clôturera ces deux mois et demi de liberté par un véritable bain de sang …

Le tout sans parti prix, confrontant les opinions des uns des autres, de ceux qui prirent part à la Commune, deceux qui la combattirent, de ceux qui observèrent passivement l’affrontement. On appréciera le style énergique de l’écriture qui ne tombe jamais dans le poussif, la qualité des illustrations, l’équilibre entre approche chronologique et étude thématique. Sommaire concis et clair, bibliographie réfléchie, ce livre permet une prise de conscience équilibrée et juste, autour d’une flambée de violence inouïe qui a aveuglé de passion les partisans des deux camps, sans possibilité de dialogue. Le récit, d’un grande honnêteté offre une grille de lecture plus large, un socle de compréhension d’une lutte des classes qui perdure encore aujourd’hui sans qu’on en explicite l’évolution, silence coupable quand on veut initier le public aux réalités d’un patrimoine.

Et plus si affinités

http://www.parigramme.com/livre-la-commune-de-paris-24.htm

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.