A l’avant-garde : Marie A. Waters – Portrait No 7 Infanta Gold Neck, 2011

Alors que nous traitons ce soir dans un autre article de l’influence des smartphones sur l’évolution de la photographie moderne, il nous a semblé pertinent de mettre en regard les tableaux de Mary A. Waters.

Inspirée par les portraits prestigieux du temps jadis, l’artiste travaille à les restituer à l’inverse, comme des reflets qui annulent les couleurs pour un black and white évoquant à bien des égards le travail argentique. Infant Gold neck par ses nuances sombres et grises fait ressortir uniquement les bijoux, somptueux signes de réussite et de pouvoir.

Mais justement en dévorant le regard, ces ornements n’annulent-ils pas l’humanité du sujet, sa personnalité, son identité ? C’est alors une réflexion sur la valeur véritable du portrait que propose Marie A. Waters : affirmation sociale ou questionnement de l’être ?

A découvrir jusqu’au 5 janvier 2013 à la Galerie Pièce Unique

 

Et plus si affinités

http://www.galeriepieceunique.com/index1.htm