A l’avant garde : Frédérique Longrée

Détectée dans le sillage d’Otto Ganz, Frédérique Longrée elle aussi est une artiste du regard. Un regard vague, noir, perdu, qu’elle restitue d’un portrait à l’autre, mode operandi chargé de sensations et d’angoisses.

Se saisissant de vieilles photos d’enfants, de jeunes filles, de femmes, l’artiste en sclérose les visages, les marbrant comme ceux des morts tout justes trépassés, les ranimant d’un regard de spectre ou de démon, selon qu’ils évoquent la porcelaine, le verre ou l’onyx. Voilées ou scintillantes, ces pupilles dilatées dévorent la face, questionnant l’éternité, envieuses des vivants qui les contemplent, résignées dans leurs passivités de modèles.

Comment ne pas évoquer Le Portrait ovale de Poe, l’art de la photographie mortuaire chère aux victoriens, la petite Rosaria Lombardo qui n’en finit plus de se décomposer dans son cercueil de verre, au fond de la crypte des Capucins de Palerme. Intacte et comme endormie en surface, cireuse et figée par l’embaumement. Si elle ouvrait les yeux, la petite fille aurait certainement le trouble regard des spectrales figures de Frédérique Longrée.

Pourtant rien d’agressif ni de menaçant dans ces portraits revisités … juste une immense fatigue, une lassitude face au temps qui n’en finit plus de passer, l’envie que ça s’arrête enfin, que tout redevienne poussière … Peut-être aussi l’infini regret que tous nous ressentons sans l’avouer, d’avoir tué son enfant intérieur pour se commettre avec le monde, pactiser avec la société et ses concessions multiples …

Ainsi l’univers de Frédérique Longrée se charge d’un romantisme noir particulièrement opaque, où de rares lumières filtres, pâles et brumeuses … A l’heure du tout Instagram, où les clichés doivent éclater de couleur, de santé, de bonheur, sa mélancolie est presque rafraîchissante, offrant une autre esthétique, qui érafle les épidermes, émiette les masques. Des Vanités modernes en quelque sorte, présageant de la fin inéluctable des choses et de la force essentielle de la mémoire …

Et plus si affinités

http://www.frederiquelongree.net

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.