A l’avant garde : Dominique Théate

Le hasard n’existe pas : fauché par un accident de moto à la veille d’entrer aux Beaux arts, Dominique Théate illustre parfaitement cet adage. Cinq mois de coma plus tard, cet jeune belge recouvre l’usage d’une main … et va se lancer dans le dessin pour reconquérir une vie qui a bien failli lui échapper.

Qu’il attaque le papier immaculé ou retoucher des photos de magazines, Théate s’approprie un espace d’expression où il recompose son image, s’invente une existence. Charmeur, entreprenant, intégré … sa silhouette souriant évoque l’intellectuel, le penseur, une sorte de Gatsby peut-être, un héros de Fitzgerald dont l’allure décontractée cache une faille secrète que personne ne doit deviner.

Une manière de plaisanter avec le spectateur de cette intériorité sublimée, comme pour lui dire que le destin menaçant pèse sur chacun d’enter nous, prêt à perturber le fil de nos existences, nos convictions les plus ancrées, notre confiance absolue en l’avenir. Ainsi le fantasme est à double sens.

En se projetant dans le masque de stars, de couples modèles, Théate ne fait que s’imaginer dans cette situation idyllique, il en éclate le caractère illusoire, et dénonce le mensonge de la réussite, du bonheur, ces belles perspectives qu’on nous vend de force en oubliant de préciser qu’elles ne valent pas grand-chose face à la souffrance et à la mort.

Précis, incisif même, son trait repousse concrètement les limites de l’individu, dilate les contours de l’être, dans une approche presque philosophique, un regard extra lucide en tous points digne de la portée visionnaire de l’art brut.

Et plus si affinités

https://www.christianberst.com/fr/artiste/theate.html

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.