A l’avant garde : AleXsandro Palombo, héritier 2.0 d’Oliviero Toscani ?

Il a dernièrement marqué les esprits en affichant le visage tuméfié de femmes politiques célèbres sur les murs de Milan. Mais la campagne « Just because I am a woman » n’est qu’une pierre supplémentaire à l’édifice contestataire de l’italien AleXsandro Palombo.

Car ce chantre de la fusion entre revendications sociales et pop art sait y faire quand il s’agit de secouer les consciences en détournant nos icônes culturelles les plus chères, les plus innocentes. Ainsi les héroïnes de Disney deviennent pour lui des survivors du cancer, poitrine tronquée par la mammectomie, ou des victimes de handicap, Aladin se transforme en djihadiste féroce ou en défenseur du préservatif …

Quant aux Simpson, ils se retrouvent déportés derrière les barbelés d’Auschwitz quand Palombo ne les met pas en scène pour dénoncer le phénomène des enfants soldats, les abus sexuels ou les violences policières … oui le spectre des dénonciations est vaste chez cet illustrateur qui n’a pas froid aux yeux qui va jusqu’à transformer nos chers et irréductibles gaulois Astérix et Obelix en incarnations de la résistance hexagonale face à la montée du terrorisme …

Bref le monsieur a un sens consommé de la parodie provocatrice mais qui fait mouche à coup sûr, au vu du nombre d’articles qui lui sont dédiés … et des menaces dont il fait l’objet. Héritier 2.0 d’un Oliviero Toscani qui aurait tronqué l’objectif pour une palette graphique, Palombo a très bien compris qu’à l’heure des réseaux sociaux triomphant, c’est en usant de ces symboles médiatiques qu’il pourra transmettre ses coups de gueule à un public saturé d’informations et de revendications.

Et plus si affinités

https://www.instagram.com/alexsandropalombo/?hl=fr

https://twitter.com/PalomboArtist