La Vierge et le cafard : l’acteur, le clown ou l’insecte …

VEC270

Sortons des sentiers battus culturels pour aller fouiller sur la toile du côté des webséries : avec La Vierge et le cafard, c’est peut-être pas tout à fait frais vu que l’aventure date de plusieurs années, mais ça reste tout à fait valable et du reste assez savoureux dans son genre.

Une bonne vieille success story

L’intrigue ? Un truc bête comme chou, vieux comme le monde, mais qui marche encore et toujours : une bonne vieille success story avec comme héros une troupe de comédiens d’un talent douteux, menés par un dramaturge metteur en scène on ne peut plus contestable, dans un théâtre géré par un mafieux, avec comme spectacle une réécriture de La Métamorphose de Kafka. Le tout finira au Stade de France (c’est d’ailleurs par là qu’on commence donc pas de spoil, non, non) au terme de douze mois de représentations toutes plus barrées les unes que les autres, et pas forcément dans les circonstances qu’on pense.

A lire également :  Dring : les VRP de l’absurde

Le bonheur d’être en troupe

Dixit le premier opus de ces douze épisodes construits en mode flashback, et quiconque a pu jouir d’une expérience théâtrale et vivre le bonheur d’être en troupe appréciera cette histoire à sa très juste valeur, avec force rigolade et beaucoup d’à propos. Tout y est, depuis le coup de foudre qui déséquilibre le fonctionnement de la meute, jusqu’à la malédiction de la couleur verte (revue et corrigée en mode Molière) en passant par la crise créative de l’auteur, les caprices de la diva et le beau ténébreux reconverti en rampant. Sans compter une foultitude d’autres trucs dingues que je ne vous révèle pas mais quand même …

A lire également :  Les contes des 1001 séries : DRH

Les Cour Jets

Un grand plaisir que cette série autobiographique puisque les Cour Jets existent bel et bien (ils jouent ici leurs propres rôles, on peut donc en déduire que leurs parcours n’a pas toujours été semé de roses … c’est drôle, enlevé, avec des trouvailles à chaque réplique, un esprit de corps, une cohésion et une sacrée maîtrise du sujet. Et en plus même si c’est dingue, ça sent son vécu et sa vraisemblance. En résumé c’est juste du plaisir.

 

Et plus si affinités

https://www.youtube.com/user/Nautein/videos