Un Peu d’air – La Roulette Rustre / Chapitre 4 : un nouveau type de chanson ?

Projet d’envergure, valse des influences, mixité instrumentale, narration en mode apologue : les Rustres voulaient du changement ?  Ils ont poussé la logique jusqu’à redéfinir leur approche musicale : exit la coloration fanfare/troubadour, chanson française à texte. Un Peu d’air nous invite à un complet renouvellement en matière de technique de composition :

– nouvelles influences : musique africaine, rap, musique classique, art lyrique, rock-électro, ballade irlandaise, musique country.

orientation plus rock : axée à la fois sur le mélange des genres et l’émergence d’un tendance plus rock, elle dirige le groupe sur les traces de Louise Attaque, Dionysos, Noir Désir ou Beirut.

– langues étrangères : à noter, l’apparition de l’anglais, et des dialectes africains dans les textes, ce qui apporte un vocabulaire nouveau et tout un jeu de sonorités verbales inédit.

– explorations vocales : travail sur le chuchotement, jeu sur l’amplitude, intervention d’un slameur ou d’une cantatrice d’art lyrique, en solo ou en formation chorale, masculine ou féminine, la voix se révèle instrument de musique à part entière, participant aux cadences et rythmes des chansons.

 

 

 

Les chansons justement. Pour donner à Un peu d’air sa coloration de fable initiatique, Les Rustres ont utilisé tous ces nouveaux ingrédients pour construire deux concepts qui portent la thématique de l’album jusque dans leur texture.

 

La road song

Comme nous l’avons déjà expliqué, l’album se veut le récit musical d’un voyage initiatique. La Roulette Rustre s’est appuyée sur cet objectif pour initier un autre type de composition, une road song, inspirée de la démarche du road movie, et marquée jusque dans son rythme par la notion d’errance et de fuite du personnage principal. Les chansons « No one wants to change », « Ceux qui partent », « You will go » sont particulièrement représentatives de ce genre mélancolique et poignant.

 

Au départ, « You will go », écrite par Mouss, s’appelait « Fifty eight », (référence à 1958 année de contruction des grandes tours du quartier Haut du lièvre à Nancy). On a essayé des tas de versions musicales, mais ça ne fonctionnait pas. Lorsque nous avons commencé à travailler avec Romain, on a tenté d’inclure le texte de Mouss dans une chanson que Romain nous proposait : « You will go ». Le mélange anglais-français nous a tout de suite séduit, et la musique s’est construite toute seule !

 

La chanson évolutive

La chanson « Vivant » est née lors d’ateliers effectués auprès de publics handicapés et va voyager jusqu’aux personnes incarcérées : le fruit d’un travail commun entre le groupe et des individus en quête d’insertion et de reconnaissance. Cette expérience a initié l’idée d’une chanson participative, complétée spectacle après spectacle, couplet après couplet par le public amené à prendre part au processus créatif : un micro HF circulera dans le public pendant chaque spectacle afin de recueillir les « questions sans réponses » des spectateurs. Ces questions seront enregistrées et remixées au sein du morceau.

Nous avions imaginé la chanson « Vivant » comme une chanson évolutive et participative.

La 1ère version a été créée par les adultes handicapés du foyer « Le Verger » à Volkrange (57) avec qui nous avons travaillé pendant plusieurs jours pour inventer un texte. Cette version a été éditée sur un CD single.

Ensuite, nous avons rencontré plein de gens différents : des tous petits, des moins petits,  … pour faire  entendre leurs questions, et ainsi faire évoluer cette chanson.

On a décidé de proposer notre version, avec nos interrogations, sur cet album, en gardant les voix de nos amis du Foyer « le Verger ».

Et voilà ce que ça donne sur 5 versions différentes :

– version initiale avec les adultes déficients mentaux du Foyer « Le Verger » à Volkrange (57) : http://www.larouletterustre.com/vivant/Vivant_LeVerger.wav

– version 2 : les enfants de l’accueil de loisirs « Club Arlequin », avec les résidents de la maison de retraîte « le Charmois » à Vandoeuvre (54) : http://www.larouletterustre.com/vivant/VivantClubArlequin2011.mp3

– version 3 : avec l’école maternelle « Vautrin » de Maxéville (54) : http://www.larouletterustre.com/vivant/VivantEcoleVautrin.mp3

– version 4 : version album de la Roulette Rustre + certaines voix des adultes de Volkrange : http://www.larouletterustre.com/vivant/05.Vivant.mp3

– version 5 : radio edit = version album écourtée pour passer en radio : http://www.larouletterustre.com/vivant/05.Vivant%20(radio%20edit).mp3

Edifiant, non ?

 

Et plus si affinités

Un peu d’air – La Roulette Rustre

Un peu d’air – La Roulette Rustre : le souffle du changement ?

 

Un Peu d’air – La Roulette Rustre / Chapitre 1 : mieux que des sources, un socle

 

Un peu d’air – La Roulette Rustre / Chap. 2 : Histoire d’un enfantement

 

Un Peu d’air – La Roulette Rustre / Chapitre 3 : Berderol … une histoire, un héros

 

 

Informations

http://www.larouletterustre.com

http://www.facebook.com/rouletterustre

http://www.facebook.com/group.php?gid=103617946188

http://twitter.com/RRustre

http://www.youtube.com/therouletterustre

http://www.dailymotion.com/la-roulette-rustre

http://www.culture.youvox.fr/Musique-stress-et-paillettes-Part,94.html