Eaux de parfums Antoinette Poisson : une biographie olfactive de la Marquise de Pompadour

les trois bouteilles de parfums de la marque Antoinette Poisson

Au détour d’une de nos balades parisiennes, nous avons fait halte dans la boutique-atelier Antoinette Poisson, spécialisé dans la création de papiers dominotés, de décors muraux et de motifs. Si Dauphine de Cambre a jeté son dévolu sur la décoration et la papeterie, j’ai choisi de vous parler de leurs créations olfactives, une première collection de parfums composée de trois fragrances lancée en octobre 2020.

Trois parfums pour conter une vie

Joli Bois, Bien Aimée et Tison : ces trois parfums racontent la vie de la Marquise de Pompadour. Un véritable défi confié au nez britannique Lyn Harris. Car, on s’en doute, il n’est pas simple de créer un univers olfactif pour narrer en parfum le destin exceptionnel de Jeanne-Antoinette Poisson, distinguée par Louis XV qui en fit sa favorite. Il s’agissait de retranscrire les émotions de cette idylle tout en nous projetant dans le faste du XVIIIe siècle. Très typée, chacune de ses fragrances est singularisée par un motif sur mesure, une manière pour la maison de nous emporter dans un voyage sensoriel qui convoque à la fois les senteurs et les couleurs, l’odorat et le visuel.

 Joli Bois, la rencontre

Ce premier assemblage nous fait remonter le temps jusqu’à l’été 1743. Nous voici dans la forêt royale de Sénart, où Louis XV a l’habitude de chasser. Il y croise un jour Jeanne-Antoinette Poisson, une rencontre peu être un peu arrangée si l’en on croit les livres d’Histoire. Aussi, Joli Bois est très végétal : iris, cèdre (qu’on retrouvera dans les deux autres parfums comme un fil conducteur olfactif), puis des notes de bergamote et d’agrumes symbolisant l’audace de cette jeune femme de 22 ans désireuse de séduire le monarque. Ce parfum, frais et piquant à la fois, se termine sur une note de fond boisé, souvenir d’un moment charnière, fondateur du destin à venir. Joli Bois est associé à une composition originale de la maison, peinte à la main « à la détrempe »et inspirée des tapisseries d’Aubusson du XVIIIe siècle.

Bien aimée, une vie de château

À 24 ans, la jeune marquise s’installe au Château de Versailles : nous sommes en 1745 et elle devient la maîtresse en titre du Roi.  Bien Aimée évoque l’ascension fulgurante de la favorite, désormais titrée et enrichie du domaine de Pompadour. C’est une eau de parfum florale ; on est saisi par une note de tête citronnée qui s’efface pour laisser place au lilas et à la fleur d’oranger. Une véritable invitation à la flânerie dans les jardins de Versailles, un bouquet de fleurs fraîchement coupées à la main. Côté motif, on retrouve une superbe création composée de véritables fleurs brodées du XVIIIe siècle.

Tison, un retour au calme au coin du feu

À 30 ans, la Marquise n’est plus la favorite de son royal amant. Lassée par la vie à la Cour, elle s’en éloigne, même si elle demeure malgré tout le grand amour du Roi et sa fidèle confidente jusqu’à la fin. Avec ses notes fumées et boisées, Tison est donc le parfum du retour au calme, un besoin de quiétude loin des intrigues de château, une impression de confidence au coin du feu. En note de cœur, une odeur de parquet fraîchement ciré avec de la cire d’abeille ; pour la note de fond, le santal, le papyrus ou la térébenthine. Calme, boiseries intimistes, froissement du papier à lettre, crissement de la plume tandis qu’on écrit, crépitement du feu dans la cheminée. Tison est une sage allégorie de l’amitié entre les deux amants devenus complices. Le motif est quant à lui inspiré du savoir-faire artisanal de la dominoterie, spécialité de la maison d’édition À Paris chez Antoinette Poisson.

À lire également :

Certes, ma préférence va à Tison, un parfum très boisé, très intime et qui, petit plus, propose du galbanum en note de tête, une fragrance métallique que j’affectionne tout particulièrement. Il convient cependant de reconnaître que cette trilogie est une véritable réussite dans son ensemble. Des parfums d’exceptions à la vocation biographique inattendue, mis en scène dans de véritables petits décors de théâtre, petits écrins pensés pour sublimer les accords parfums/motifs. Tout cela se passe au sein de la boutique-atelier du 11e arrondissement de Paris. Je vous invite à aller en profiter au plus vite !

 

Pour en savoir plus sur les parfums de la marque Antoinette Poisson, consultez son site web.

Posted by Benjamin Getenet

Quand il n'est pas en train de s'occuper de ses patients (il est psychologue dans le civil) ou de rédiger sur son blog professionnel, Benjamin Getenet s'occupe des domaines scientifique et psychologique dans les rubriques de The ARTchemists. Normal, c'est un geek, passionné d'ordinateur, de mécanique, de tout ce qui fait "bip", "vroum" et autres cliquetis.

Website: https://benjamingetenet.fr/