Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil : Jean Yanne face à l’hypocrisie du monde

affiche du film de Jean Yanne Tout le monde il est beau tout le monde il est gentil

Ouep, on parle beaucoup de vieux films en ce moment sur the ARTchemists. Nostalgie, besoin de bien se marrer, de retrouver cette bonne vieille ironie à la française, ce cynisme mordant que plus personne n’ose utiliser aujourd’hui de peur de froisser les uns, de mécontenter les autres. Le second degré se perd, c’est bien dommage. Voici pourquoi nous vous proposons de voir ou revoir le film Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil de Jean Yanne.

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil

Yanne/Gerber le trublion

Jean Yanne, fouteur de merde par excellence, viré de plusieurs stations de radio pour ses provocations diffusées en live, son humour corrosif, son franc-parler : des expériences dont il s’inspire pour tourner Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil en 1972. Il y incarne Christian Gerber, un journaliste en mode électron libre qui n’a décidément pas “l’esprit station” comme le lui reproche sa direction. Son dernier fait d’arme en date : revenir à la bourre du Pérou où cet excellent professionnel a crapahuté dans la jungle afin d’interviewer le chef d’un groupe révolutionnaire qui en a profité pour lui confisquer sa bande son et le magnéto qui va avec. 

Résultat : toutes les stations concurrentes ont couvert l’événement, sauf la sienne, et pour cause, ses collègues ont tous bidonné leurs comptes rendus, enregistrés au bord de piscines de grands hôtels, ce que Gerber va dénoncer à l’antenne, à peine revenu au bercail. Un éclat qui lui vaut d’être immédiatement placardisé directeur des activités artistiques au cœur d’une station dévolue à l’amour de Jésus (c’est l’époque où la comédie musicale Jésus-Christ Superstar fait un tabac) : cela n’arrêtera pas notre trublion qui va multiplier les spots pub désopilants et sarcastiques sur cette thématique plutôt glissante. Direction la porte… avant de revenir en force pour redonner un coup de fouet à une audience en déroute. Nouvelle ligne éditoriale : la quête de la vérité ! Et là aussi, ça va être la merde !

Les Petits soldats du journalisme : quand Ruffin pourfend la machine médiatique à la base !

Du vécu, du véridique

Je n’en dis pas plus, mais sachez que ce que raconte Jean Yanne dans cette comédie satirique, c’est du vécu, du véridique. Mister Yanne a pu observer le milieu radiophonique, média star des années 70 de l’intérieur, avec ses compromissions, ses bassesses. Une machine à fric visant à abrutir les auditeurs pour leur vendre des merdes inutiles et dangereuses (le détail des compositions chimiques de cosmétiques ou de lessives fait rire et frémir à la fois). Au cœur de ce bastringue, le marketing, la publicité, les campagnes de promo, les budgets de communication, et déjà l’achat de médias en vue par des grands groupes financiers afin d’améliorer la visibilité de produits et de marques, tout en conservant la paix politique et sociale du pays par l’abrutissement des masses. Et tant pis si on fait “de la merde”.

Bref, les réseaux sociaux, les algorithmes et les écoles de commerce n’ont absolument rien inventé. Par contre, Jean Yanne, lui, avait déjà tout compris. Sans prendre de pincettes et avec un humour cinglant, il démolit cet univers de paillettes, nous montre les coulisses, avec des clins d’œil permanents à la pop culture. Entouré de ses potes, ses acteurs fétiches, il nous montre aussi ce qui devrait être : 

  • le test impératif de chaque produit mis en avant
  • le refus de faire la promotion de n’importe quoi contre un gros chèque
  • la vérification des informations, quitte à aller sur le terrain
  • l’indépendance financière et intellectuelle des médias et des journalistes.
  • l’usage de l’humour et du cynisme comme outil d’éducation populaire.

Dans les coulisses des grands médias : Antoine de Tarlé raconte l’envers du décor

En regardant ces images, ce générique désormais culte, cette chanson aux paroles sans pitié, on en vient à regretter amèrement le départ de Yanne pour le firmament. Pour sûr, il aurait eu beaucoup à dire sur notre XXIeme siècle. Heureusement, il nous reste Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, à visionner et méditer pour faire marcher nos méninges, exercer notre esprit critique et dénoncer l’hypocrisie humaine.

 

Et plus si affinités

Vous pouvez visionner le film Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil de Jean Yanne en DVD ou en VoD.