Fanatiques – Véronique Chalmet : portraits de dingues en série

2b257ca3e654958b3da0a302663cd6d3ca7465fc

Je sais, c’est simpliste pour ne pas dire réducteur, mais c’est la première chose qui vient à l’esprit quand on parcoure les chapitres qui composent cette étude du fanatisme. Car plutôt que de se lancer dans un décorticage en règle d’une notion pour le moins d’actualité, Véronique Chalmet a voulu traiter la chose du point de vue de personnalités qualifiées comme telles. Avec comme fil directeur une question toute simple : un fanatique, c’est quoi exactement ?

Après avoir défini le concept, la journaliste spécialisée en criminologie et en psychologie fait la focale sur une poignée de personnages que la conscience collective identifie habituellement comme de parfaites émanations de ce comportement extrême et totalement dépourvu de bon sens, encore moins de tolérance ou d’humanité.

Sabbah, Torquemada, Savonarole, Ravaillac, Himmler, Koresh, Onoda, Chapman : ces noms balaient large à la surface du globe et des époques pour démontrer que la haine aveugle est la chose du monde la mieux partagée, et ne peut se réclamer d’aucune culture ni d’aucun drapeau en particulier. Religieux, patriotique, nationaliste, le fanatisme n’a pas non plus d’appartenance sociale.

En revanche, il semble très nettement impacter des individus au profil psychologique pour le moins problématique, sclérosé d’une faible opinion de soi et d’un net désir d’imposer ses vues à autrui par le sabre, la hache et le bûcher s’il le faut (et il le faut très souvent, voire presque automatiquement car la purification des mécréants passe forcément par leur anéantissement au terme de souffrances purificatrices absolument innommables).

Au cour de ce processus répété, la volonté de pouvoir absolu qui dévoile le caractère sociopathe de ces individus, et leur incroyable capacité à manipuler les caractères faibles et inéduqués, sans jamais douter du bien fondé de leur démarche. En bref et pour faire court, si l’ouvrage de Véronique Chalmet n’apporte pas grand-chose à l’étude de la notion, il permet aux néophytes de prendre conscience de la récurrence de cette véritable peste, et en le terminant on peut se demander si ce comportement n’est pas finalement inscrit dans le génome humain comme une tare.

Et plus si affinités

http://www.editions-prisma.com/catalogue/livre/litterature-essais/essais-et-documents/fanatiques