Dunkerque 2013 / Exposition « L’Art à l’épreuve du monde » : de la mort à la vie …

6 Juillet 2013 : nos corsaires de la culture lancent la deuxième saison de Dunkerque 2013 avec un coup d’éclat intitulé L’Art à l’épreuve du monde. Une exposition donc, installée dans le Dépoland local reconverti en espace d’avant-garde pour accueillir 90 œuvres illustrant la manière dont l’art devient reflet et conséquence de la folie humaine. En Mal comme en Bien. Orchestrée par Jean-Jacques Aillagon, scénographiée par les Ateliers FCS et Frédéric Casanova, l’exposition avait été annoncée dés avant l’inauguration de la Capitale régionale de la Culture comme un moment fort et phare.

Confirmation en pénétrant cet espace revu comme un labyrinthe aux briques blanches qui enchaîne les salles sur les thèmes de l’Apocalypse, la Mort, la Violence, la Guerre, la Résistance, la Paix. « Mort où est ta victoire ? », « L’homme est un loup pour l’homme », « résistances », « Peace and love » : ces quatre titres aux accents philosophiques ponctuent une lente marche infernale vers la plénitude retrouvée. Une évolution à rebours qui propose des œuvres d’une très grande dureté, parfois insupportables au regard et à la perception, qui vous retournent proprement le regard, les tripes et l’esprit, intolérables par la violence du propos qu’elles diffusent, des horreurs qu’elles dénoncent, des mensonges qu’elles accusent.

Tableaux, photographies, collages certes, mais aussi installations et sculptures sur lesquelles on bute dés l’entrée, manquant se prendre les pieds dans le surplus d’un Pape de cire terrassé par une météorite (La Nona ora de Maurizio Cattelan), une compression d’animaux empaillés en mode César (Taxidermy d’Abel Abdessemed), une série de corps enveloppés de linceuls marmoréens (All de Maurizio Cattelan), la mitrailleuse sur coussins de soie roses de Leo Copers, …

Ces œuvres sans pitié sont mises en regard avec des œuvres plus anciennes, comme pour se faire rencontrer les âges et montrer combien l’Humanité n’a fait que se répéter dans la barbarie … et la lutte ; c’est ici la deuxième partie de l’expo dédiée à la Résistance, au Combat pour reconquérir liberté et droit à l’existence. Ainsi les pâles gisants de Cattelan sont ils installés en face d’un noir gisant médiéval,  tandis que les gravures de Goya décrivant meurtres et supplices font écho aux maquettes monstrueuses des frères Chapman décrivant Fucking Hell (cf notre avant-garde dédiée à ce chef d’œuvre).

Le parcours ne laisse personne indifférent de par sa puissance évocatoire. Le public présent interagit automatiquement, les visiteurs discutent les œuvres, les thématiques avec les guides, le lieu devient d’autant plus forum que Dunkerque a vécu ce type de supplice dans sa chair : port stratégique, la ville fut en maintes reprises assiégée au cours de l’Histoire, bombardée sans pitié pendant les deux guerres mondiales, mais aussi le point de l’opération Dynamo qui permit de rembarquer une grande partie des troupes alliées en 1940.

Aussi la logique de L’Art à l’épreuve du monde se calque-t-elle parfaitement sur celle de cette cité à la fois martyre et combattante, jusque dans la crise économique de la fin du XXème siècle (à ce titre le choix du Dépoland réhabilité pour l’occasion est symbolique). De même le travail de collaboration et de mise en commun des richesses artistiques et des compétences. Les œuvres exposées ont été prêtées par, je cite :

Collections privées, FRAC, musées, tout le territoire s’est mobilisé pour créer cette synergie et illustrer en quoi l’artiste est à la fois observateur fidèle, reflet direct, révélateur impactant et dénonciateur incontournable des troubles du Temps. L’Art à l’épreuve du monde ? Au terme de cette visite, nous pouvons l’affirmer : de ce combat, l’Art toujours sortira vainqueur.

 

Et plus si affinités

http://www.dunkerque-culture2013.fr/fr/programme-fiche.php?IdEvenement=144

Posted by Delphine Neimon

Fondatrice, directrice, rédactrice en chef et rédactrice sur le webmagazine The ARTchemists, Delphine Neimon est par ailleurs rédactrice professionnelle, consultante et formatrice en communication. Son dada : créer des blogs professionnels. Sur The ARTchemists, outre l'administratif et la gestion du quotidien, elle s'occupe de politique, de société, de théâtre.

Website: https://www.theartchemists.com