Pôle Emploi, ne quittez pas : les combattants de l’impossible

int-25_9_14-Flyer-A4-sans-date-_Pôle-emploi-ne-quittez-pas-_-Docks-66-©-Monelle-Baude

Pôle Emploi – Ne quittez pas ! : rien qu’à la lecture du titre, certains d’entre vous ont dû voir rouge. Chers lecteurs, à un moment ou l’autre de votre vie, vous avez eu à fréquenter Pôle Emploi ; si ce n’est pas le cas, cela vous arrivera peut-être. Normal dans un pays en crise où le chômage augmente au gré de fluctuations économiques aggravées par la pandémie. Normal mais inacceptable pour celui qui se retrouve sans emploi, perdu sur l’océan tumultueux des Assedic.

Désespoirs et frustrations

Pôle Emploi : cristallisation de tous les désespoirs, de toutes les frustrations, entité en perpétuelle mutation au gré des changements de politique, des fragmentations du monde du travail. Un univers dont les acteurs sont au mieux moqués, au pire conspués et haïs, projections peu enviées du fonctionnariat tranquille, inapte  et pantouflard. Tranquille, inapte et pantouflard ? Rien n’est moins sûr et le documentaire de Nora Philippe s’ingénie à démontrer que les choses ne sont pas si simples.

Nous voici donc dans une antenne Pôle emploi du 93. Pendant 78 minutes nous en découvrons la réalité, soit le quotidien de 40 agents en charge de 4000 demandeurs d’emploi, dans des conditions qui flirtent avec l’absurde : recevoir les demandeurs toujours plus nombreux, conseiller, encadrer, communiquer, expliquer, calmer, jongler avec le manque d’effectifs, les directives changeantes, des supérieurs complètement coupés des réalités du terrain, des logiciels qui plantent régulièrement, des impératifs de résultats et de chiffres.

A lire également :  L’Invité : du rire à la tristesse

Colmater les brèches d’un système qui s’effondre

Le tableau dressé est affligeant, encore plus qu’on ne l’imaginait,  car il dépeint une course à l’abîme, des danaïdes remplissant un tonneau sans fond. Pour une victoire, combien d’échecs, de déceptions, d’amertumes, et l’impression pour ces professionnels dont certains sont passionnés par le social, d’être là pour colmater les brèches d’un système qui s’effondre, d’administrer du vent, en cherchant du travail là où il n’y en a plus. « C’est la vie d’une équipe qui a intégré l’impossible à son quotidien ». C’est le moins que l’on puisse dire, et ce quotidien est intolérable, pour ces gens comme pour leurs interlocuteurs, tous se renvoyant la balle d’échecs dont ils ne sont pas responsables.

On reste sidérés devant cette détresse, exposée avec beaucoup de pudeur et de délicatesse par une réalisatrice sensible qui a l’intelligence de placer l’humain au cœur de sa démarche. Le documentaire date de 2013. Huit ans plus tard, au plus fort d’une crise sanitaire et économique grave, alors que le gouvernement durcit le ton, réduit les aides, impose des mesures qui tiennent du punitif et du disciplinaire, il conviendrait de refaire un point documentaire sur la dégradation d’une situation déjà très fragilisée … et de ne pas oublier que le chômeur n’est pas un fumiste ni un feignant qu’il faut juger et stigmatiser, mais un individu déstabilisé, en perte de repères et de reconnaissance. 

 

Et plus si affinités

Vous pouvez visionner le documentaire Pôle Emloi – Ne quittez pas ! en DVD ou en VoD.

http://poleemploinequittezpas.com/