Château de Versailles : petites musiques de nuit ???

La semaine dernière nous évoquions Versailles, le palais du Roi Soleil du point de vue de son mode vie : porcelaines fines, jardins ouvragés, fontaines mélodieuses. Le lieu du pouvoir absolu incarné jusque dans ses détails les plus discrets. Le plaisir allié à la puissance transparaissait par ailleurs dans la musique.

Versailles et la musique

Danseur émérite, mélomane consciencieux, Louis XIV s’octroya les services de Lully pour ciseler cette dimension harmonique, gageure de la pompe monarchique. Le compositeur italien rejoint Molière dans l’écurie des talents dédiés à la gloire du solaire monarque. A eux deux ils orchestreront des plaisirs et divertissements aux dimensions pharaoniques, où feux d’artifices, spectacles à effets spéciaux, machineries incroyables, costumes mirifiques mettaient en valeur des textes dramatiques et des pièces musicales de qualité exceptionnelle. Comme témoignage de ce faste, des tableaux, des récits d’ambassadeurs, … et la politique culturelle de l’équipe en charge du monument qui s’ingénie chaque année pour restituer cette ambiance auprès des visiteurs qui arrivent en masse pour assister aux différents spectacles proposés.

Un opéra comme un écrin

Le jour la bâtisse est déjà impressionnante. Dans les ombres nocturnes, elle se pare de magie. La nuit sculpte les façades, les statues des jardins soudain s’animent avec les vagues de musique qui inondent les parterres. Grandes eaux nocturnes, feux d’artifice, sérénade permettent ainsi de retrouver le château dans sa dimension initiale. Le projet courait de longue date. Il fut finalisé au XVIIIeme siècle pour accueillir les noces de Marie Antoinette et du futur Louis XVI. L’art lyrique entrait ainsi définitivement dans la vie de Cour, pour divertir les souverains. Une avancée certaine dans l’assouplissement d’une étiquette particulièrement sévère et codifiée. Aujourd’hui l’opéra accueille chaque année toute des représentations prestigieuses d’opéras célèbres ou plus discrets du répertoire. C’est ainsi que l’activité dramatique déborde régulièrement des limites consacrées de l’opéra pour se parachuter un peu partout dans le château. Ainsi le concert organisé cette année dans la galerie des Glaces qui accueillait les vocalises de la diva Cecilia Bartoli incarnant pour l’occasion les grandes héroïnes haendeliennes.

Bal grand siècle au son de l’électro

Parmi les plaisirs nocturnes offerts par Versailles, celui-ci demeure à la fois le plus traditionnel et le plus moderne. Imaginez un bal en costumes et masques, qui déroule ses farandoles dans les couloirs et les salles illuminées … au son d’une electro de bonne facture (pas pour rien que la french touch a pris racine dans la sphère versaillaise). Sophia Coppola avait posé les bases avec la scène de bal de Marie Antoinette, voici la déclinaison en mode concret :

https://youtube.com/watch?v=7qtWbaje7lU

Et plus si affinités

http://www.chateauversailles-spectacles.fr/fr

http://www.chateauversailles.fr/homepage