A l’avant garde : Huub Niessen

L’art dit brut peut se teinter de nuances si douces, si amènes … A peine ai-je envoyé ma demande de contact Facebook à Huub Niessen qu’il y répond avec un de ses dessins si aisément identifiables. D’un seul coup, l’échange numérique d’ordinaire si froid et impersonnel devient souriant, chaleureux, complice … Le trait, l’atmosphère de l’illustration que j’ai reçue y est pour beaucoup … Phantasy: heaven in your head … S’y ajoute un Phoenix resurrected adressé comme un remerciement à ma salutation … comment a-t-il deviné ? Médiumnique ?

Ainsi Niessen envoie ses dessins comme on enverrait un « bonjour », un « comment vas-tu » ?L’amorce d’un dialogue en images comme si l’on parlait avec des formes, des émotions ébauchées d’un trait … Abolissant la dématérialisation des rapports humains par cette simplicité qui fait chaud au cœur, il vit comme il dessine, ses œuvres reflétant sa perception de l’univers. En regardant ses personnages, leurs attitudes, la composition de chaque scène sertie par des écritures magiques incompréhensibles, dans ces tonalités sépia d’un autre âge, on pense aux contes persans ou russes.

Les animaux s’y confondent avec les hommes, dans cette logique de cartoon sans âge, qui réveille en chacun de nous l’enfant qui sommeille éternellement.. Sorcières au nez en carotte, héros à face de fouine, tous échangent avec des bulles griffonnées de messages et de croquis pour raconter de fabuleuses histoires sans début ni fin, à la manière des saintes sagas, BD médiévales ignorant la perspective et les proportions. Le tout passe comme une caresse, le baiser qu’une mère aimante pose sur le front de son petit qui s’endort, en route vers le pays des rêves.

Et plus si affinités

https://www.facebook.com/huub.niessen.7?hc_ref=ARTKKq7yr6hMfzT-n3ZLXe-VbwWUFnlcf3Ic2L5UJuMV4rcrJ8O0zlVXsjLKSxtkmvY&fref=nf