Album : Primal Scream – More light

Un titre chargé de sens pour cette mise en lumière après 5 ans d’ombre et de silence. Dernier opus en date pour le combo de Bobby Gillepsie Beautiful Future sorti en 2008. Autant vous dire que les fans n’en pouvaient plus d’attendre un come back. More Light est donc sorti en fanfare avec en prime une vidéo claquante qui annonçait la couleur et que nous avions chroniqué en son temps mais bon on vous en remet une petite couche pour la route :

On vous en remet une petite couche pour la route et parce que le morceau « 2013 » est significatif de la ligne esthétique de ce 12eme album : cacophonique. Non, n’y voyez pas une critique méchante ! A l’écoute des 13 tracks, c’est une constante que des lignes mélodiques régulièrement brisées par des discordances, des notes cassantes, un saxo criard et agressif qui vient défoncer les lignes de guitare sans pitié.

More light, more noise, more guts : l’album a de la présence indéniablement, et nos écossais d’amour s’offrent même le luxe d’y saupoudrer de cosntantes références aux albums précédents. Ruptures de rythme, d’influence, de tonalité, on se balade entre les différents univers sonores chers au groupe, sans surprise dirais-je, comme si on retrouvait intact un appart après plusieurs années de voyage.

Confortable certitude que certaines choses ne changeront pas dans leur diversité même : Gillepsie et ses gars restent fidèles à leurs bonnes vieilles recettes, avec des temps forts comme « Invisible city », « Turn each other inside out », au milieu desquelles se glissent la rumba de « Goodbye Johnny », la balade de « Relativity ». Et au passage un énorme coup de cœur pour «  « Hit Void », qui vous retourne comme une crêpe dés les premiers accords.

Et plus si affinités

http://www.primalscream.net