Winter on fire : 93 jours pour la liberté

11953418_865559723526278_9167809751714437960_o

Narcos, Better call Saul, jusqu’ici nous avions abordé Netflix par le petit bout de la lorgnette fictive, et déjà les séries proposées étaient de gros calibre. Avec Winter on fire, nous pénétrons le domaine du documentaire, et par la grande porte. Car le film de Evgeny Afineevsky n’y va pas par quatre chemins pour nous raconter les 93 jours qui firent la révolution ukrainienne. Et son récit fait froid dans le dos comme il fait chaud au coeur :

Socle de cette narration à la fois nerveuse, colorée et d’une incroyable vigueur : ces 93 jours durant lesquels la population ukrainienne va tenir la place Maidan transformée en forteresse. 93 jours à subir les assauts meurtriers des groupes d’intervention du président en place, 93 jours à voir mourir les manifestants abattus par les snipers, 93 jours dans le froid, la fumée, la neige, à compter les morts, ramasser les blessés, hurler sa colère, réclamer la justice. Et l’obtenir.

150929084201-winter-on-fire-netflix-super-169

Face à un pouvoir fantoche à la solde d’une autre puissance, face à une autocratie qui n’hésite pas à employer la force quand l’illusion de la démocratie n’aveugle plus personne, face à des mercenaires et des flics qui n’hésitent pas à pratiquer la bastonnade, pire à tirer à vue sur des gens qui ne réclament que ce qui leur est dû : la liberté de choisir, le respect de la voix d’un peuple.

ukrn

Pas à pas, alors que la tourmente s’installe pour devenir chaos, le réalisateur suit les manifestants, accroche les images, le sang qui coule quand commencent les premières dérives. Tout sera fait par le pouvoir en place pour faire plier la population venue en masse défendre son droit et le respect de son vote massif pour intégrer l’organisation de l’Europe. L’Europe … alors que ceux qui l’ont fondée n’y croient plus, les ukrainiens rêvent de rejoindre cette alliance pour assurer l’avenir de leurs enfants.

winter-on-fire-trailer-still

Cela ne plaît pas : les forces en place vont donc balayer cette contestation, l’étouffer dans l’oeuf. Ils ne feront que la renforcer. C’est tout un pays qui se soulève, se mobilise. S’il ne s’attarde guère sur les causes profondes de cette situation, le film met en exergue l’incroyable sens de l’organisation, la cohérence, le sens du groupe, l’union qui rassemble ce peuple avide de liberté et de dignité. Durant ces journées de feu, ce ne sont pas les opposants politiques qui servent de porte drapeaux. Aucune récupération politique n’est tolérée.

ukraine-on-fire

En première ligne, des militants des droits civiques, des artistes, des professeurs, des ouvriers, des religieux orthodoxes, musulmans, catholiques, des militaires, des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes, sans forcément d’étiquettes politiques, mais tous convaincus de leur bon droit : après coup Afineevsky les ramène parmi les décombres pour raconter leur lutte, leur Maidan. Humbles mais fervents, ils nous parlent, tandis que défilent les images dures, de ce long martyre qui sera victoire.

1280x720-mSu

Le tyran partira, lorsque, montant à la tribune, les survivants du massacre lui lanceront un ultimatum clair et net, légitimé par les violences inacceptables perpétrées par le corps policier sur ordre des autorités. Il ressort de ce récit poignant une leçon de démocratie appliquée : rien jamais n’est acquis, ni liberté ni égalité. Face aux tyrannies, ce sont les citoyens qui doivent protéger leurs droits, les imposer. Dans ce bras de fer impressionnant, les ukrainiens rappellent que les fondations de nos droits sont fragiles et que nous sommes les seuls dépositaires, les seuls gardiens de nos Nations.

Et plus si affinités
https://www.netflix.com/fr/title/80031666

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.