Trouvaille : Pendentif

Voici trois ans que les cinq bordelais surfent sur la vague du revival 80’s pour imposer leur univers musical entre nonchalance, beach party et surréalisme.

C’est désormais chose faite alors que Mafia Douce, leur premier album vient de débouler dans les bacs, faisant suite à un premier EP datant de 2011. Se réclamant de Gamine et de Baschung, le combo mené bille en tête par l’éclatante Cindy et sa voix mutine porte également l’héritage de Niagara à ses débuts, avec un léger parfum de Lio et de Luna Park de ci de là.

Dans l’air du temps, le groupe évolue dans les eaux voisines de La Femme, The Popopopops et consort, avec une spécificité : des chansons « réversibles » qui parlent aussi bien aux filles qu’aux garçons, discours porté par le duo des voix féminine et masculine, tirant vers le cristallin et l’angélique.

A suivre de près car avec le succès, les concerts qui s’annoncent, le groupe va évoluer encore. Et il conviendra d’écouter ses futures compositions pour voir s’affirmer cette identité naissante, telle qu’on la sent éclore sur les derniers instants de « Boulevard du crépuscule » ou les premières mesures de « Jerricane », l’architecture de « Voltige ».

Et plus si affinités

http://www.pendentifmusic.com/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.