Tranoï Perfumes : se parfumer pour s’émanciper ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Janvier 2016 : nous investissons le Tranoï, salon des jeunes créateurs parallèle à la Fashion Week parisienne. L’occasion pour les stylistes émergents de prendre langue avec les professionnels, les acheteurs et les diffuseurs. Objectif : voir ce qui se fait de nouveau, repérer les talents en devenir, respirer l’air du temps … ce que nous allons faire au propre comme au figuré, en demeurant, fascinés, au premier étage du Palais Brongniart, où sont assemblés … les parfumeurs.

C’est la première fois qu’ils investissent la manifestation, pénétrant de plein pied le monde de la mode pour y apporter une note olfactive hautement stylisée et réfléchie. Oubliez les grands parfumeurs ayant pignon sur rue, ici nous rencontrons des fabricants pour certains anciens, pour d’autres débutants, de véritables artistes, des experts qui travaillent leurs alliages comme des pierres précieuses. Tous désirent s’adresser à des clients inspirés, en quête d’une nouvelle approche des fragrances ; il ne s’agit plus de cibler un public précis, mais d’amener l’individu à se reconnaître dans les compositions présentées.

On ne sélectionne un parfum pour briller en société ou affirmer son soi, mais pour vivre une expérience, dégager une émotion. Tous les créateurs balaient ainsi l’idée de parfums genrés, répartis entre hommes et femmes. C’est de l’histoire ancienne ! Les senteurs que nous testons visent désormais l’humain, sans différenciation de sexe. Et proposent de mettre en valeur les facettes multiples des personnalités, qui ne sont jamais monolithiques. L’idée est, et c’est la deuxième tendance à retenir, de se parfumer pour raconter une histoire, s’en imprégner. Rêver.

Les gammes sont désormais conçues selon un fil directeur, on peut y détecter un seul produit qu’on adopte comme un fétiche, ou plusieurs qui s’attachent à un visage, une attitude, une humeur ou l’autre. Aujourd’hui je me sens rayonnante ? Je vais porter cette essence ? Le lendemain je suis plus nostalgique, plus sérieuse ? J’en porte une autre, plus appropriée sans être complètement divergente puisque axée sur une même ligne de création. Et doucement le parfum devient ainsi un élément de développement, d’enrichissement du soi, aussi important qu’un vêtement, aussi ouvragé qu’un bijou, dans sa texture, sa présentation, son orchestration.

Et plus si affinités

http://www.tranoi.com/news/192/tranoi-parfums

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire