A l’avant garde : les céramiques monstrueuses de Ronit Baranga

02/04/2019

Si vous avez adoré le passage du Lièvre de Mars dans Alice au pays des merveilles, la séquence du service à thé dansant de La Belle et la bête, les sculptures de Ronit Baranga devraient beaucoup vous plaire … avant de vous révulser. Car au fond de ces tasses en mouvement, sous ces théières distordues se cachent des bouches hurlantes, des lèvres affamées, des langues salaces, des doigts agités et…

Read More >>

Juda : oeil pour oeil, croc pour croc …

05/03/2019

Juda est jeune, mignon, israélien, doué au poker, un embrouilleur de première, un menteur patenté, un dragueur impénitent … bref un p’tit con et un nid à problèmes. Pour lui et les autres. Et son voyage en Roumanie pour jouer la partie de sa vie va encore lui attirer un peu plus d’ennuis, de gros gros ennuis. Car non seulement on lui pique les deux millions qu’il vient de gagner…

Read More >>

FIVE de Laura Arend au Avignon OFF : je t’écris d’Israël où désormais je vis …

14/07/2017

Rendre hommage à son pays d’accueil – Israël – tel est le projet que la chorégraphe Laura Arend propose avec FIVE, quintet enlevé joué au Théâtre Golovine jusqu’au 30 juillet. Récit d’une soirée avignonnaise. Golovine est depuis toujours une des places fortes de la danse au coeur de la Cité des Papes ; quand sonne l’heure de son célèbre festival c’est toujours avec envie que les amoureux de l’art chorégraphique se…

Read More >>

AVIGNON OFF : le voyage chorégraphique de Laura Arend en terre israélienne

06/07/2017

La jeune chorégraphe Laura Arend a fait sensation avec Yama l’hiver dernier à Paris. Elle revient à Avignon avec FIVE une création qui célèbre la culture israélienne. Entourée de danseurs issus de la Batsheva et de la Kibbutz Dance Company, Laura Arend sera t-elle la sensation du OFF 2017 ? Interview. Votre nouvelle pièce est dévoilée à l’occasion du festival d’Avignon, au théâtre Golovine. Que représente ce festival pour une jeune…

Read More >>

The Eichmann show : « le procès du siècle »

23/05/2016

  Le film Hannah Arendt abordait le procès Eichman d’un point de vue philosophique. The Eichmann Show revient quant à lui plus prosaïquement sur les enjeux que constituèrent la retransmission télévisée de cet événement. Et on n’imagine guère les pressions et les obstacles que la production eut à surmonter pour arriver à ses fins, ni l’urgence de cette entreprise. Nous sommes en 1961. Alors que l’on s’apprête à envoyer des…

Read More >>

Charlie Hebdo : Fini de rire … mais pas de penser

11/01/2015

Mercredi 7 janvier 2015 : alors que la rédaction de Charlie hebdo est massacrée par des terroristes, la France, d’effroi, ouvre les yeux. On vient, dans le pays de Voltaire et de Zola, de s’attaquer à la liberté d’expression, en frappant des journalistes et des artistes dans l’exercice de leur travail. Soudain tout un pays prend conscience de la fragilité de ce droit pourtant inscrit au fronton de notre République….

Read More >>

Cinéma / Room 514 : le massacre des innocents ?

23/09/2013

Israël et ses fatales contradictions ? Le premier film de Sharon Bar-Ziv tire son intrigue de cette question, dont nous allons explorer les non sens, enfermés dans une salle d’interrogatoire. La pièce 514. Petite, étroite, … une fenêtre qui permet à peine de distinguer l’extérieur, un bureau, deux sièges de part et d’autre, se faisant face pour accueillir l’affrontement des êtres, entre déchirure et passion. Dans une lumière pâle, froide,…

Read More >>

Livre / Keep an eye on the wall – Paysage palestiniens : au pied du mur

07/08/2013

Au pied du mur, et quel mur ! Un projet de 709 kilomètres de parois de béton qui transpercent la Cisjordanie de part en part. 4 fois plus long, 2 fois plus haut que le Mur de Berlin. Les murailles déjà érigées ont coûté plus de 2 milliards d’euros, 204 millions rien que pour l’entretien. Sans compter les morts. Les vies brisées. Les séparations. Les privations. Anecdote : alors qu’il graffait ce…

Read More >>

Cinéma / Hannah Arendt : disséquer la banalité du mal …

24/04/2013

En moins de deux semaines, j’ai pu voir l’avant première de Evil Dead et une représentation de Grand Guignol. Deux soirées durant lesquelles j’ai allégrement pataugé dans l’hémoglobine de synthèse et les mutilations factices. Ce que d’aucuns considèrent avec dédain, d’autres avec rejet, les troisièmes persuadés que ce genre de « spectacle » engendrent la violence et l’horreur. Et pourtant … l’horreur, la vraie, c’est dans Hotel Rwanda, La déchirure, Elle s’appelait…

Read More >>