Marie Stuart, reine d’Écosse : des prémices de la femme moderne ?

08/03/2019

Journée des droits des femme oblige : évoquons ce 8 mars, le souvenir de deux femmes d’exception. A ma droite, Élisabeth Iere, souveraine d’Angleterre, belle, élégante, intellectuelle, protestante mais jamais fanatique, rationnelle au point de mettre de côté sa vie intime pour régner sans partage et préserver son pays par tous les moyens ; à ma gauche Marie Stuart, reine de France jusqu’à ce que son époux ne décède, puis…

Read More >>

Doomsday : Furiosa au pays du Loch Ness ???

31/05/2018

Voilà voilà, on arrive au terme de l’année scolaire, les exams se profilent, tout le monde stresse, on fatigue, vivement les vacances, pourvu qu’on craque pas avant … C’est le moment de sortir son cartel de dérivatifs : perso je vous laisse le jogging intensif et la boxe, pour m’oublier dans le visionnage de films extrêmes bien musclés. Parfaite émanation du genre, Doomsday risque fort de vous refiler la patate pour…

Read More >>

Macbeth : la fin d’une malédiction ?

18/11/2015

Macbeth … la pièce la plus noire de Shakespeare, maudite au point que les acteurs qui la jouent refusent de prononcer son nom … Le Barde y raconte comment un noble écossais, homme de guerre fidèle à son roi, va finalement le tuer et voler sa couronne … Parce qu’un jour de victoire couvert du sang de ses ennemis massacrés, il croise la route de trois sorcières énigmatiques qui lui…

Read More >>

Roman : Tony Hogan m’a payé un ice cream soda avant de me piquer maman – Kerry Hudson

29/12/2013

Avec cette chronique littéraire nous attaquons fort 2014. En mode lutteuses du quotidien/guerrières de la vie/destins de femmes brisées. Le ministère de la culture a souligné l’année dernière qu’on ne parle pas assez des femmes créatrices dans les média, qu’elles ne sont pas assez représentées dans l’univers des arts, pas assez mises en avant ? Au travers de ce roman, Kerry Hudson nous rappelle que cette place, il convient de la…

Read More >>

Théâtre / L’odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux : Ulysse face au fiancé de Bellone

02/02/2013

La guerre ? Une monstrueuse absurdité, qui corrompt les êtres, inverse les tendances, détruit le vivant. Une monstrueuse absurdité que Philippe Ulysse a voulu mettre en exergue dans sa lecture personnelle de Macbeth, greffant sur l’épine dorsale du chef d’œuvre noir de Shakespeare des lettres de soldats, des poèmes, des textes d’autres auteurs, pour illustrer deux heures de temps le cauchemar éveillé du héros maudit contemplant trépas, tortures et flots de…

Read More >>