Steve McQueen Style : morcellement d’un mythe cinématographique ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

La galerie Joseph vient tout juste d’inaugurer Steve McQueen Style, exposition dédiée à la carrière de l’acteur, ses grands rôles, son amour des belles voitures, de la mode … Autant de photographies, d’affiches, d’objets et de tenues à mettre en regard des œuvres d’art inspirées par ce parcours, cette figure emblématique.

C’est que le monsieur a tout d’une icône. Véritable bad boy, abandonné durant l’enfance par une mère peu aimante, il va se faire seul, docker, marin, bûcheron, militaire, avant d’embrasser la carrière d’acteur. Révélé par la série télévisée Au nom de la loi, il intègre rapidement les plateaux de tournage d’Hollywood : Les 7 Mercenaires, L’Affaire Thomas Crown, Bullit, La Canonnière du Yang Tsé, La Grance Évasion … on ne listera pas tous ses succès, du reste évoqués avec force souvenirs par l’exposition.

Ce qui importe c’est la proximité entre ses rôles, des rôles de dur, cowboy, soldat, flic, prisonnier, et son propre parcours. Charmeur, homme à femmes, collectionneur compulsif, McQueen se passionne pour les automobiles, les motos, la vitesse, autant que pour les montres, les beaux costumes, … une singularité qui relie films et vie quotidienne, dictant même ses choix en matière de production avec Le Mans, film qui manquera le ruiner, et dont il ne pourra tourner les scènes de course, les assureurs ayant refusé de le couvrir en cas d’accident.

Cette continuité entre fiction et réalité transparaît dans l’exposition commissionnée par Ghislaine Rayer et Patrice Gaulupeau. Chaque pièce interroge ce personnage hors normes, et l’on se demande qui ici , de l’acteur ou des directeurs de studios, ont façonné cette image par ailleurs trompeuse ? Grandes absentes du parcours, l’addiction aux drogues, la paranoïa proverbiale du comédien ne sont guère évoquées, pour privilégier un visage avenant et sportif. Or ces déviances sont complémentaires de la façade bienveillante, un revers plus sombre, contre lequel McQueen a combattu toute sa vie, et qu’il aurait peut-être fallu aborder, comme un contrepoint à la légende ?

Pour consulter l’album photos de l’exposition, suivez le lien.

Et plus si affinités

http://galeriejoseph.com/2017/07/06/steve-mcqueen-style-exposition-paris/

Enregistrer

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire