Série de l’été : Ma petite Reine – Acheter un vélo ?

De retour après une semaine placée sous le signe du vélo et du soleil, Tour de France oblige, The ARTchemists remet son tablier bleu pour vous parler vélo. On a vu la semaine dernière qu’il existait plusieurs types de vélos adaptés à différents besoins (cf 1er épisode ici). De fait, il existe un vélo pour chacun : vélo de ville, tout terrain, de route, de voyage, monocyle, tricycle, tandem, vélo couché… Le choix est vaste, mais on fait comment pour acheter LE bon vélo sans se faire avoir ? 

Un trésor au coin de la rue

Ca y est, c’est décidé, vous voulez remonter en selle ! C’est bien, le premier pas est fait, mais où et comment trouver son vélo ?

La première chose à faire, c’est bien souvent de fouiller dans son garage, celui des parents et de la famille. Il y a très vraisemblablement au moins un vélo quelque part. Si vous avez de la chance, le tour est joué, il n’y aura qu’à gonfler les pneus, vérifier les freins et se lancer à l’assaut du monde, ou du bout de la rue. S’il y a des réparations à effectuer, restez connectés chez nous, on vous donne de bons conseils dans les semaines à venir.

Les garages sont vides, pas de vélos dans votre entourage, pas de problèmes ! Il est toujours intéressant de consulter les petites annonces et de dénicher la perle rare. Les éléments auxquels prêter attention sont bien évidemment l’état du vélo (le cadre, évitez la rouille), sa taille qui doit vous convenir, et le prix dont vous êtes seul juge.

Toujours rien trouvé ? C’est pas de chance mais il y a encore de l’espoir. Rendez-vous sur les brocantes, vides-greniers, les Emmaüs, surveillez les bourses au vélo (souvent au printemps et à l’automne). Les grandes surfaces spécialisées organisent aussi parfois des ventes d’occasion, gardez ça en tête.

Si vous suivez ces conseils, vous devriez pouvoir trouver un vélo en bon état dans un budget entre 0€ et 100€.

Vous optez pour le neuf ?

Il est facile d’acheter n’importe quel vélo neuf, il suffit de se rendre en grande surface et de choisir un modèle, une taille, une couleur. Oui, mais NON. Le marché du vélo n’est pas comparable à celui des télévisions ou des aspirateurs. Les vélos de marque (et de qualité) ne sont pas vendus dans les rayons des grandes surfaces. Et un vélo neuf ne coûte pas 100€.

Si vous optez pour les grandes surfaces spécialisées, vous trouverez des vélos dont la base (le cadre) est de qualité variable, et dont l’origine est dure à déterminer. Ces magasins ne sont historiquement pas des fabricants de vélos même si avec le temps, cela tend à évoluer. L’assemblage des vélos est parfois hasardeux et le personnel compétent, mais pas spécialiste. C’est une solution intermédiaire pour obtenir un vélo moyen à prix moyen.

Vous pouvez également vous rendre chez un spécialiste, et c’est de loin ce qu’on vous recommande. Le spécialiste a fait du vélo son métier et est capable de déterminer le vélo qui vous convient suivant vos envies, vos besoins, votre physionomie, vos goûts. Il saura dire si tel ou tel vélo est approprié, un poil trop grand, trop court et vous recommander les accessoires qui sauront s’avérer utiles au quotidien (porte-bagage, panier, béquille, cale-pieds, lumières, etc…). Par ailleurs, il existe des spécialistes dans chaque grande famille de vélo ; aussi, si vous optez pour un vélo de course, foncez chez un spécialiste du vélo de course, et si vous optez pour un vélo destiné aux voyages, rendez-vous chez le spécialiste du voyage !

Il faut bien se dire qu’on passe du temps sur un vélo, et que ressentir des douleurs dans le cou, les poignets, les genoux n’est pas normal, c’est le reflet d’un vélo pas adapté, parfois une histoire de réglage infime qui fera une grande différence. Là encore, un vendeur spécialisé saura vous orienter pour trouver le vélo correspondant à votre morphologie.

Pour un vélo neuf, avec un équipement d’entrée de gamme fiable, il faut compter un minimum de 250€. Et si la facture doit augmenter de 10% chez le spécialiste, n’ayez crainte, c’est aussi la différence que vous êtes prêts à payer pour acheter vos légumes au marché et pas au supermarché, à la différence prêt que vous investissez dans un vélo, dont la durée de vie peut raisonnablement être estimée à 10 ans, voire beaucoup plus.

Dans l’absolu, on ne vous conseille pas d’acheter votre vélo sur Internet car pour être sur de vous, il vous faudra essayer votre monture, et malgré tout le progrès, Internet ne permet pas (encore) ça…

On ne peut pas acheter le bonheur, mais on peut acheter un vélo, et c’en est pas loin

C’en est fini pour cette semaine, il est temps pour vous de décrocher le téléphone, fouiller la toile et trouver votre vélo qui deviendra bien vite votre meilleur ami !

La semaine prochaine, on vous parlera de sécurité sur deux roues, mais aussi de la sécurité de votre vélo, en vous divulguant quelques conseils pour ne jamais découvrir que quelqu’un d’autre a fait de votre vélo son nouveau butin. 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.