Les Règles de l’art : quid des codes actuels du marché de la création ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Le documentaire La Ruée vers l’art avait brossé le tableau d’un secteur créatif international aussi juteux et complexe. La série Les Règles de l’art revient sur le sujet de manière plus ciblée en consacrant ses quatre épisodes aux problématiques actuelles des artistes, des musées, des galeries et des acheteurs. A la source de ce projet, les journalistes Nicole Zepter et Nicola Graef que nous voyons explorer le milieu artistique allemand et européen pour en savoir plus sur les enjeux à l’œuvre dans l’art contemporain.

Atelier ou biennale, exposition ou foire, les deux acolytes auscultent un marché dont la configuration évolue très vite. Trop parfois, à l’heure du numérique qui booste la communication mais ne laisse guère le temps à l’artiste de créer, au spectateur de comprendre. Il faut produire, toujours plus, sans analyse, sans prise de recul, pour enchaîner les manifestations et vendre au kilomètre. Que devient alors le métier de galeriste, celui de conservateur de musée ? Et l’artiste ? Comment fait-il pour percer, puis adopter un tel rythme pour rester sur le devant de la scène ?

Grand absent de ce périple, le collectionneur, celui qui achète souvent fort cher, des œuvres parfois par le biais de professionnels. Nous ne l’entendons pas, il demeure d’une discrétion de fantôme alors que c’est lui qui alimente cette fièvre, par des exigences d’investisseur, jaloux de ses placements, protégé telle une idole sacrée par les autres acteurs du système. Pourquoi choisit-il telle artiste plutôt qu’un autre ? Est-ce un coup de cœur, un coup de poker ? Réalise-t-il l’impact qu’il a sur la santé de ce milieu ?

Aucune réponse, sinon ce sentiment que l’art, destiné à tous pour l’édification de l’esprit et de l’imaginaire humain, est ici confisqué, une chasse gardée monétisée qui pollue et freine le développement de l’inventivité. A l’autre bout de la chaîne l’artiste s’interroge. Vivre de son art est un luxe rare, beaucoup doivent travailler en parallèle pour financer leur activité tout en restant libres. Mais être ainsi dépendant des desiderata d’acheteurs motivés par un investissement propice est-il bon ? Quand à créer tout azimut pour se dire artiste, quand à exposer sur tout et n’importe au risque de perdre le public, est-ce également souhaitable ?

Zepter et Graef s’interrogent avec humour, et leur démonstration n’en est que plus efficace. ON appréciera le rythme enlevé de leurs pérégrinations, la justesse de leurs choix, le croisement des témoignages, la grande clarté du propos qui soudain devient accessible de tous, éclairant par là-même les multiples facettes d’un système où chacun exprime des attentes, une urgence, un besoin vital.

Et plus si affinités

http://www.arte.tv/fr/videos/052786-001-A/les-regles-de-l-art-dans-les-galeries

http://www.arte.tv/fr/videos/052786-002-A/les-regles-de-l-art

http://www.arte.tv/fr/videos/052786-004-A/les-regles-de-l-art

http://www.arte.tv/fr/videos/052786-003-A/les-regles-de-l-art

Enregistrer

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire