Le Piéton de Rome ou Le Radeau de la Gorgone : Dominique Fernandez amoureux de l’Italie

Nous l’avons croisé plusieurs fois dans nos rubriques, toujours dans un contexte artistique lié au Baroque, son domaine d’expertise. A croire que Dominique Fernandez a vécu une de ses vies antérieures au XVIIeme siècle, sous les stucs flamboyants et les tableaux maniéristes des créateurs d’alors, toutes catégories confondues, tant il en saisit les impératifs, l’esthétique, la logique, la grandeur. Sa passion pour cette période n’a d’égal que celle qu’il éprouve pour l’Italie, l’un des berceaux de ce style fastueux. Pour preuve les magnifiques ouvrages Le Radeau de la Gorgone et Le Piéton de Rome où il nous fait découvrir les riches de la capitale italienne et de la Sicile.

Ces promenades, écrites avec l’élégante faconde propre au romancier, auteur de Porporino et La Course à l’abîme, nous entraînent dans ses souvenirs de voyage, ses impressions, ses émotions, autant que dans les dédales des cités italiennes, dont les trésors sont le plus souvent cachés loin des circuits touristiques officiels. Il en profite pour évoquer les grandes heures du pays depuis la Rome Antique jusqu’au XXeme siècle en passant par la Renaissance ou le XVIIIeme siècle. Au travers des vestiges archéologiques, des palais monumentaux et des églises, c’est l’Histoire de la Botte qu’il aborde, dans ce qu’elle a de plus inattendu.

Et de plus étonnant. Car Fernandez ne s’en tient pas à la description ni aux sensations. Chaque souvenir l’amène à s’interroger sur le lien entre cette terre, son passé, son évolution et les grands esprits qu’elle engendre. Peintres, sculpteurs, bâtisseurs, auteurs, compositeurs semblent puiser leur inspiration dans le climat, dans le ciel, les minéraux, la végétation. Ainsi la manière dont Bellini a trouvé son génie de musicien dans les pierres de lave noire de sa ville natale Catane ? D’anecdote en anecdote, Fernandez déroule une perception particulière, une autre lecture de cette culture, de ces traditions. Avec amour, humour parfois, toujours une tendresse, un respect infinis.

Et plus si affinités

http://www.philippe-rey.fr/livre-Le_radeau_de_la_Gorgone-360-1-1-0-1.html

http://www.philippe-rey.fr/livre-Le_pi%C3%A9ton_de_Rome-284-1-1-0-1.html

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire