Outside / Le Château de Versailles : bosquets sculptés, musique de cour et ballets aquatiques

700 pièces, 2 513 fenêtres, 352 cheminées, 67 escaliers, 483 miroirs, 13 hectares de toitures …  ET 93 hectares de jardins, avec 600 jets d’eau, 20 kilomètres de mur de clôture, 42 kilomètres d’allées et 372 statues.

Vu d’oiseau ça donne ça :

Vu de l’intérieur ça ressemble plutôt à ça

Ou à ça

Ou encore à ça

Des kilomètres d’allées, de chemins, de bosquets, de plans d’eau, avec une organisation précise, des thèmes, des décors, des ambiances spécifiques placés suivant un parcours pensé.

Oui vous l’aurez compris, le palais du Roi Soleil ne se conçoit pas sans ses jardins, et ce n’est pas pour rien que Louis le XIVeme convoqua Le Nôtre pour orchestrer un chantier qui ne s’arrêtera jamais d’évoluer : aujourd’hui encore, nombre de techniciens s’affairent à entretenir/restaurer l’immense surface pensée alors comme une extension des imposants appartements, un espace de plaisirs et de fêtes somptueuses.

Il s’agit encore et toujours de perpétuer le rapport presque amoureux que le Roi Soleil entretenait avec ses parterres, parmi lesquels il se promènera jusqu’au soir de sa vie. Des parterres qu’animaient des fontaines majestueuses vibrant au son de la musique de Lully … et des Grandes Eaux.

Spectacle prisé, d’une majesté incomparable et qui en dit long sur la fonction du château comme symbole monarchique. Impossible en assistant à ce spectacle de ne pas admirer celui qui en voulut l’existence. En parsemant ses jardins d’autant de scènes aquatiques, Louis XIV savait qu’il en imposerait esthétiquement, signifiant par cette mise en scène la pompe du régime absolu.

Idée latente, partout à l’œuvre : la maîtrise des éléments naturels qui se soumettent à la volonté visionnaire d’un homme de pouvoir. Exemples avec ces cascades assourdissantes comme jaillies des profondeurs telluriques :

Ou ces dieux de métal, ce Neptune mythique venu saluer le roi comme un égal au milieu de torrents impressionnants (il faut une dizaine de techniciens pour ouvrir toutes les canalisations et mettre en branle cette symphonie :

Vous l’aurez compris, impossible de visiter Versailles en ignorant ses jardins et leurs surprises. L’été est l’occasion d’ouvrir ces espaces et leurs beautés au public. Une expérience à vivre pour découvrir l’autre visage de cet art de vivre et comprendre la véritable dimension esthético-politique du lieu.

Et plus si affinités

http://www.chateauversailles.fr/homepage

http://www.versailles3d.com/fr/