Occupied : Machiavel en Norvège

Norvège : le gouvernement écologiste fraîchement élu décide de stopper sa production de pétrole et de gaz au profit de centrales au thorium. A peine sa conférence de presse terminée, le premier ministre est enlevé en hélico par un commando armé. On le retrouve quelques heures plus tard, complètement hagard … et décidé à faire marche arrière. Quitte à ce que ses collègues, ses partisans, son armée, son peuple ne comprennent rien à cette volte face, la qualifient de lâcheté. Et pourtant avait-il une autre solution, quand il vient de se mettre à dos la Russie, vengeresse d’une Europe peu satisfaire d’avoir à lâcher le juteux marché des énergies fossiles ?

Voici le pitch de départ de la série Occupied, dont les deux saisons s’appuient sur l’idée originale d’un Jo Nesbø rompu aux polars psychologiques alambiqués. Il revient cependant à Erik Skjoldbjærg et Karianne Lund de dérouler les épisodes de cette saga norroise post moderne dans un climat de tensions à couper au couteau, un véritable suspens diplomatique qui en dit long sur les enjeux géopolitique de notre siècle. Il n’y a pas à dire, l’énergie propre de Jesper Berg, ses petits camarades de l’UE n’en veulent pas, et ils vont lâcher la très belliqueuse Russie sur ce pays qui n’a pas les moyens militaires de faire face.

Il va donc falloir composer, négocier, être dans la concession, tandis que les ressortissants russes, simples ouvriers, militaires, agents secrets ou oligarques débarquent sur le territoire pour s’y implanter. Occupied prend alors tout son sens … et rappelle de bien sombres souvenirs datés des années 40, mais toujours valables dés qu’un pays en envahit un autre. Que faut-il faire ? Résister ? Par la violence ? Collaborer ? S’entendre pour éviter le pire ? Dés le premier épisode la partie d’échecs est engagée, complexe, retorse. Manipulations, pressions, tractations … tandis que les responsables politiques s’affrontent, les quidams survivent.

Pour incarner cette population, des figures emblématiques, un garde du corps, une directrice des services de sécurité, une restauratrice, un journaliste, un hacker, une ambassadrice, une chef de cabinet, sa mère malade, une juge, des enfants, des soldats … tous se retrouvent impliqués, obligés de choisir, d’évoluer. Difficile de ne pas s’identifier. Et d’admettre qu’il est dur de se positionner fermement dés le début quand la menace d’un conflit sanglant pèse dans l’air. En dix-huit épisodes étalés sur deux saisons comme un calendrier politique, Occupied déroule une leçon de diplomatie et démontre que les choses sont beaucoup moins simples qu’il n’y paraît, que les leviers d’influence sont tous plus opaques, les enjeux énormes, les retombées gravissimes.

Et que dire des renversements d’alliance, des coups fourrés, des actions immorales ? Du Machiavel pur, une application sans pitié des préceptes énoncés dans Le Prince. Bref avec intelligence et un sens particulièrement aigu du tempo et du suspens, la série norvégienne tient son public en haleine à partir d’une intrigue qui rappelle l’actualité, et démonte les mécanismes de la real politique. Impeccablement interprétée, tournée dans des paysages, des décors impressionnants, on y retrouve un peu de l’esprit des drames historiques de Shakespeare, de ses tragédies romaines.

Et plus si affinités

http://www.yellowbird.se/show.php?programme=74

https://sites.arte.tv/occupied/fr

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.