Narcos 3 : les « gentlemen » de Cali

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Alors qu’Escobar agonise sur son toit, le corps truffé de balles, on pourrait croire la série Narcos bouclée. Que nenni ! L’aventure ne s’arrête pas là, embrayant direct sur la traque du cartel de Cali. Exit Medellin, ce sont les « gentlemen » de Cali qui reprennent la main, bâtissant leur empire comme on le ferait d’une multinationale. « Plata o plomo » mais dans la discrétion et en costume de prix, s’il vous plaît. C’est du moins ce que voudrait le leader de la famille Gilberto Orejuela, et bien sûr ça ne va pas se passer comme prévu.

Car la DEA va s’en mêler, avec en tête de cortège un Javi Pena littéralement déifié après avoir abattu Escobar. Mais comment faire pour mener sa croisade à bien, quand son nouvel ennemi pratique la stratégie de l’arrosage à tout va, achetant flics et politiques pour couvrir son business ? Toujours ce problème de la corruption amplifiée par un usage plus discret de la violence, le noyautage total de l’activité économique, le blanchiment à outrance de fric amassé auquel il faut ajouter l’action des FARC et le travail de sape de la CIA ?

Vous l’aurez compris : le filon levé par les deux premières saisons ne va pas s’éteindre avec Escobar. Il change juste de tonalité, s’adaptant à l’ADN d’un cartel dont les méthodes se font plus … policées ? N’exagérons rien, la brutalité aveugle de ces criminels endurcis va vite refaire surface, tandis que s’ébauche une guerre des clans boostée par le plan de retrait des Orejuela qui désirent s’acheter une conduite. Ils auraient dû lire Le Roi Lear de Shakespeare avec attention : on ne lâche pas un royaume dont on a les clés.

Je n’en dis pas plus au risque de spoiler, mais que le fan basique se rassure : Narcos 3 propose dix épisodes haletants, où le suspens est au rendez-vous à chaque seconde, les péripéties abondent. Subtilement le style change, épousant la méthodologie de ce gang si différent de celui d’Escobar. C’est là la prouesse du scénario que de jouer la cassure quand certains auraient tenté la continuité. Travail de l’image, des lumières, du rythme, interprétation d’excellente facture, l’ensemble se laisse visionner d’une traite, sans respiration. Bref on en redemande.

Et plus si affinités

https://www.netflix.com/fr/title/80025172

https://www.facebook.com/NarcosNetflix/

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire