Marseille Webfest 2 : la websérie avenir de l’audiovisuel ?

English below.

C’est la conclusion qui ressort de cette deuxième édition dont nous vous avions annoncé la programmation. Après deux jours de festival, des projections en série, des conférences, des rencontres, des échanges, voici le résultat des courses :

Deux séries récompensées

  • Prix du Jury : Gigi, almost american
  • Prix Coup de Coeur de France 4 : Out with dad

Le Prix du Meilleur Pitch décerné à Anges de Guerre.

Mais au bout du compte l’important n’est pas vraiment là. L’important réside dans le fait que désormais le Marseille Web Fest a pris ancrage dans le paysage audio visuel français et européen, et les webséries avec. Format choyé des internautes, courtisé par les grandes chaînes et les marques : en un an la websérie a marqué son territoire de façon impressionnante.

Entre découverte de nouveaux talents et stimulation d’un marché qui grossit à l’allure d’un champignon sous les eaux, le festival soutient cet univers où liberté, initiative et do it yourself se mêlent pour proposer rien de moins qu’une nouvelle dialectique en matière de narration et d’imaginaire.

La télé avait endormi la spontanéité, lissé l’impertinence, ne surprenait plus personne ? La websérie s’est chargée d’en secouer les apathies. Du coup présence de mutliples pontes du petit écran sur site pour repérer les talents mis en valeur dans cet incroyable incubateur. Sans compter les prods venus du cinéma pour la même cause : car aujourd’hui la websérie offre la possibilité de tester ce qui fera ou non les blockbusters de demain. Et le 7eme art de s’offrir ainsi le luxe de sortir des films qui auront déjà une communauté toute faite.

Retour donc sur cette deuxième édition et les portes qu’elle a ouvertes, avec Jean-Michel Albert commentant pour nous tout le travail effectué, les enjeux, les objectifs, les enseignements. Avec à l’horizon Marseille 2013 et ses challenges. Que la team du Marseille Webfest comptent bien relever et gagner.

Interview.

Il s’agit de la 2eme édition du Marseille web Fest. Quoi de nouveau ?

Pour la seconde édition, en parallèle de la projection des web-séries, des conférences et des focus, la grande nouveauté a été le « Marché des Nouveaux Contenus ».

En effet, celui-ci proposait aux 22 web-séries qui constituent la sélection officielle 2012 de rencontrer des annonceurs, des diffuseurs et des professionnels du web en recherche de contenus afin d’accompagner la révolution qui souffle dans les médias et la création audiovisuelle. Un vent mêlé d’avancées technologiques (multi-écrans, télévision connectée, applications smartphone), d’un public plus que jamais acteur du phénomène, anticipant et suscitant l’offre ainsi que de créateurs libres et audacieux dépassant les limites actuelles de l’écriture et de réalisation pour surprendre.

Dans ce cadre, le Studio 4.0 de France 4 et Les Nouvelles Ecritures de France Télévisions ont acheté 5 web-séries de la sélection officielle du Marseille Web Fest : Gigi, Almost American, Out With Dad, Desenterrados, Great Dying et Herois. NRJ12 a acquis les droits de la série LES GEEKS.

Le groupe AB1 a signé une option pour la web-série PLAN BIZZ diffusée en hors compétition lors d’un focus. D’autres enfin sont en négociation avec d’autres chaînes de télévision notamment M6 et TF1.

Qu’avez vous appris et changé depuis la 1ere l’année dernière ?

A l’image des scénarii des web-séries projetées et du média qui les diffuse, internet, le premier cru du Marseille Web Fest a fait un carton plein et place Marseille comme une ville de référence, véritable Capitale européenne de la web-série ! Un carrefour pour les professionnels, une découverte pour le grand public ! (Rappel des chiffres clés 2011 : 700 visiteurs  – 300 professionnels  – 12 nationalités  – Une ambiance conviviale facilitant les échanges).

Concernant les deux web-séries récompensées, The Big Dick Mike Show (prix du Jury) a obtenu de nombreuses récompenses aux Etats-Unis. Cela a permis aux producteurs de trouver des financements pour une saison 2. Quant à MALVIVIENDO (prix du public), un long métrage est en préparation.

Qu’est qu’on a changé et appris ?Il n’y a pas eu de révolution majeure dans l’organisation de cette seconde édition par rapport à la première mis à part la création d’un marché des nouveaux contenus. Ce que nous avons appris, nous le savions déjà à savoir le développement des outils numériques qui se fait de plus en pressant (TV connectée, explosion des ventes de tablettes, etc.) et l’importance des nouveaux médias constituant un enjeu majeur.

En revanche, nous avons découvert l’importance de mettre en place dans les prochaines années, des cursus universitaires liés à ces nouveaux médias. Nous avons été surpris de constater que nous sommes énormément en retard par rapport à des universités comme UCLA et USC. Par exemple, aucune université française n’est venue apporter un modèle de formation.

Quel est votre regard sur la programmation ?

Les conférences permettent d’être interactif. Au delà de cela, il s’agit de faire le point sur l’état du marché des nouveaux contenus. C’est aussi l’occasion d’écouter des experts dans des domaines très particuliers comme le transmédia, le cross-média, la TV connectée, etc.

C’est aussi l’occasion d’échanger entre auteurs et de connaître les tendances dans chaque pays. Cette année, nous avons eu une conférence sur la monétisation des nouveaux contenus. Il est important de comprendre et de connaître les modèles de financement dans chaque pays.

Quant aux webséries en compétition,  la surprise est grande. Les web-séries indépendantes étaient toutes de grande qualité. Le jury a dû débattre longtemps pour se mettre d’accord. D’une année sur l’autre, le niveau artistique est surprenant. La barre est haute. Le temps où les web-séries étaient des petits clips réalisés par une bande de copains dont l’objectif majeur était de se faire plaisir ou de parodier sa série préférée, est loin.

Aujourd’hui pour exister, il faut un bon scénario et une qualité technique au risque de disparaître définitivement du net ou être la risée des internautes. Avec l’arrivée des studios et la production de blockbusters du net, il faut être bien plus que créatif et inventif. Pour la plupart des réalisateurs ou producteurs, l’objectif est de pouvoir vendre sa série.

Selon vous en quoi les gagnants sont emblématiques des tendances artistiques dans cette nouvelle forme d’expression ?

Pour nous, les gagnants sont surtout emblématiques dans leur volonté de faire un travail irréprochable. La plupart sont des indépendants et malgré leur difficulté à trouver des financements, ils ont prouvé qu’avec du talent rien n’est impossible. Concernant les tendances artistiques, on y trouve à peu près tout: Classique, académique, moderne ou minimaliste. Tout dépend de la source d’inspiration de leurs auteurs.

Acteurs, réalisateurs, producteurs, quels professionnels importants étaient présents ?

De nombreuses personnalités étaient présentes comme, entre autres :

  • KOXIE (chanteuse et actrice de sa propre web-série) en qualité de marraine du festival,
  • Lance SLOANE (producteur américain – Mortal Kombat, AIM HIGH, H+) et responsable du département Digital à la Warner Bros USA.) en tant que Président du Jury,
  • Boris RAZON (Directeur des Nouvelles Ecritures et du Transmédia chez France Télévisions) comme Président du Jury Web Pitch.

Ainsi que l’équipe de Plus belle la vie numérique et les producteurs des Kaïra Shopping ou encore le producteur de la web-série Plan Biz.

Quels besoins artistiques et professionnels sont apparus durant cette 2eme édition ?

Les professionnels des médias, des opérateurs de téléphonie, des marques, etc. ont de plus en plus besoin de contenus de qualité. Sur un plan artistique, les auteurs ne manquent pas de créativité mais de financement et de visibilité.

Comment votre festival y a apporté une solution ?

En créant un marché des nouveaux contenus. En permettant la mise en relation des diffuseurs et les créateurs de web-séries. En termes de visibilité un festival international comme le Marseille Web Fest permet de « médiatiser » les web-séries en compétition et la web-série en général.

Où en est actuellement le marché de la web-série en France ?

Avec l’arrivée de plateforme comme le Studio 4.0 et de bien d’autres dans les mois prochains, la mise en place de 13 chaînes YouTube France, l’arrivée de chaînes TNT à la mi-décembre, la démocratisation tarifaire des TV Connectées, la volonté des marques d’être de plus en plus présentes sur le net, nul n’a besoin d’être devin pour dire que le marché de la série online ou de la web-série a de beaux jours devant lui.

En quoi aujourd’hui votre festival est ancré dans le paysage cinéma/web/crossmedia français ? international ? Quel rôle est-il en passe de jouer dans le futur ?

Les web-séries modifient durablement les modes de production et de consommation des loisirs audiovisuels. Conséquence de l’évolution des usages, le web est devenu un “puits de créativité et d’audience” qu’il est vital d’exploiter, aussi bien pour les producteurs que pour les diffuseurs, voire les distributeurs de TV.

Le Marseille Web fest est donc une première en Europe. Il associe l’ensemble des acteurs artistiques et économiques de cette filière et permet à Marseille d’occuper une place de leader sur ce secteur émergent. Ce Festival, concoure à donner à Marseille une visibilité et un rayonnement international tout en associant les professionnels locaux de la filière audiovisuel/multimédia en plein essor.

Marseille 2013 : comment préparez-vous cette échéance ? Que comptez-vous mettre en place ?

C’est une échéance importante aussi bien pour le festival qui a obtenu le label mais, surtout pour la ville de Marseille qui travaille depuis quelques temps sur cet évènement. Pour en revenir au festival, il est un peu trop tôt pour en parler. Mais rassurez-vous, quelques surprises sont en préparation.

Ce que nous pouvons vous dire c’est que pour la 3eme édition, nous serons au Pharo, un lieu d’exception dominant l’entrée du Vieux-Port et offrant une vue imprenable sur la rade et le vieux port,  en octobre 2013. Le festival se tiendra sur 3 jours (au lieu de 2). Pour le reste, « wait and see » !

Merci 1000 fois et plus encore à Jean-Michel Albert, Athina Tsakyrellis et Antoine Disle.

Et plus si affinités

http://www.marseillewebfest.com/

 

 

English translation

 

This is time to speak about this second edition we announced a few weeks ago. After two days of festival, a lot of webseries, conferences, meetings, exchanges, here is the outcome of races:

Two sets rewarded:
Prix du Jury: Gigi, Almost American
Coup de Coeur de France 4: Out with dad

The Best Pitch Award given to Anges de guerre.

But in the end the important thing is not really there. The key lies in the fact that now the Marseille Web Fest is deeply present in the French and European audio-visual landscape and webseries with it. Internet users like that, it is courted by major chains and brands: a year has passed and the webseries marked his territory in an impressive way.

Between discovery of new talents and stimulation of a market that is growing like a mushroom under rain, the festival maintains a world where freedom, initiative and do it yourself action combine to offer nothing less than a new dialectic in terms of storytelling and imagination.
The TV had stopped spontaneity, impertinence, surprised no more? The webseries can shake this creative apathy. So there were several big professionnals of TV to identify talents developed in this incredible incubator. The film producers came for the same reason: because today webseries offers the opportunity to test what will or will not become the blockbusters of tomorrow. And the 7th art affords the luxury of releasing films that have already a strong community.

It’s time now to speak about this second edition and the doors it has opened, with Jean-Michel Albert commenting for us all the work performed, issues, goals, teachings. With Marseille 2013 coming and its challenges the team of Marseille Webfest wants to win.

Interview.

This is the 2nd edition of the Marseille Web Fest. What’s new?
For the second edition, in parallel to the projection of the web-series, conferences and focus, the big news was the « New Content Market ». Indeed, the 22 web-series that composed the official selection 2012 had the opportunity to meet advertisers, broadcasters and web professionals looking for content to support the revolution blowing in the media and audiovisual creation. Wind mixed with technological advances (multi-screen, connected TV, smartphone apps), a public more than ever actor of the phenomenon, anticipating and stimulating supply and designers free and bold beyond the current limits of the writing and implementation surprising.
In this context, the Studio 4.0 of France 4, Les Nouvelles Ecritures of France Télévisions bought five web-series of the official selection at the Marseille Web Fest: Gigi, Almost American, Out With Dad, Desenterrados, Great Dying and Herois. NRJ12 acquired the rights to the series THE GEEKS.
AB1 Group has signed an option for the web series PLAN BIZZ broadcast out of competition. others are in negotiation with other channels including TF1 and M6.

What have you learned and changed since the first festival last year?
Like the scenarios of the projected web series and internet which broadcasts them, the first edition of Marseille Web Fest was a success and defines Marseille as a reference city, the European Capital of real web-series! A hub for professionals, a discovery for the public! (Key figures 2011: 700 visitors – 300 Professional – 12 nationalities – A friendly atmosphere facilitating exchanges).
Concerning the two rewarded web-series, The Big Dick Mike Show (Jury Prize) won numerous awards in the United States. This has allowed producers to find funding for a season 2. About MALVIVIENDO (Audience Award), a feature film is in preparation.
What has changed and what did we learn? There was no major revolution in the organization of the second edition compared to the first except for the creation of a market for new content. What we have learned, we already knew: the development of digital tools that is more and more an emergency (connected TV, tablet sales explosion, etc..) And the importance of new media constitutes a major challenge.
However, we discovered the importance of putting in place in the next few years, university courses related to these new media. We were surprised that we are extremely late compared to universities like UCLA and USC. For example, no French university has come to bring a training model.

What is your view on programming?
Conferences can be interactive. The idea is to focus on the state of the market for new content. This is also an opportunity to hear from experts in very specific areas such as transmedia, cross-media, connected TV, etc..
It is also an opportunity to exchange knowledge between authors and to know the tendancies in each country. This year, we had a conference on the monetization of new content. It is important to understand and know the funding models in each country.
About webseries in competition, it was a big surprise. Independent webseries were all of high quality. The jury took a long time make a choice. The artistic level is surprising, very good. The time is far when web-series were small clips made by a group of friends whose main objective was to have fun or to parody his favorite series.
Today, you need a good script and technical quality if you don’t want to disappear or be the laughingstock of the Internet. With the arrival of studios and production of blockbusters net, you must be much more than creative and inventive. For most directors and producers, the goal is to sell the series.

In what sense the winners traduce the artistic trends in this new form of expression?
For us, the winners are mostly symbolic in their willingness to work flawless. The majority are independent and despite their difficulty in finding financing, they proved that with talent nothing is impossible. About artistic trends, there is almost everything: classical, academic, modern or minimalist. Everything depends on the inspiration of their authors.

Actors, directors, producers: which important professionnals were present?
Many were present, including among others:
– KOXIE (singer and actress of her own web series) as a sponsor of the festival,
– Lance Sloane (American producer – Mortal Kombat, AIM HIGH, H +) and Head of Digital at Warner Bros. USA.) As President of the Jury,
– Boris RAZON (Director of New Scripture and Transmedia at France Télévisions) as President of the Jury Web Pitch.
And the team of Plus belle la vie digital and the producers of Kaira Shopping or the producer of the web serie Biz Plan.

Which artistic and professional needs appeared during this 2nd edition?
Media professionals, telecom operators, brands, etc.. have more need of quality content.
On an artistic level, the authors do not lack creativity but need funding and visibility.

How did your festival provide a solution?
– By creating a market for new content
– By allowing linking between broadcasters and creators of web-series.
– In terms of visibility, the international festival Marseille Web Fest puts in light » the competing web-series and web series in general.

What about the actual market of the web-series in France?
With the future arrival of platforms as Studio 4.0 and many others, the establishment of 13 YouTube france channels, the arrival of TNT channels during December, the democratization of prices of Connected TV, the will of the marks to be more present on the net, the market for the series online or web-series has a bright future.

How day festival is rooted in the french cinema / web / crossmedia landscape today? International? What role is he going to play in the future?
The web-series deeply change ways of production and consumption of entertainment life. As a consequence of changes in use, the web has become a « well of creativity and audience » it is vital to use for producers and broadcasters, distributors or TV.
The Marseille Web Fest is a first in Europe. It combines all the artistic and economic actors of this sector and allows Marseille to occupy a leadership position in this emerging sector. This Festival competes to give Marseille visibility and international reputation while involving local professionals in the booming audiovisual / multimedia industry.

Marseille 2013: how do you prepare this deadline? What will you propose?
This is an important deadline for the festival that has the label, and especially for the city of Marseille working for some time on this event. For the festival, it is too early to tell. But do not worry, some surprises are in preparation.
What we can tell you is that for the 3rd edition, we will be at the Pharo, an exceptional location at the entrance to the Old Port offering a gret view on the old harbour in October 2013. The festival is be 3 days (instead of 2).
For the rest, « wait and see »!

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.