Marianne : le projet Elden Witch ?

Avec le raffut médiatique orchestré par Netflix autour du lancement de cette nouvelle série franco-horrifique, vous pensiez bien que nous n’allions pas laissé passer le phénomène Marianne. Soit huit épisodes de durée variable pour nous narrer le retour d’Emma Larsimon dans son Elden natal afin d’y traquer l’entité qui la dévore depuis son enfance.

Un bad choice à la base

Une sorcière donc que cette Marianne, qui a impacté Emma au point de lui inspirer les romans d’horreur pour jeunes adultes qui firent d’elle une romancière à succès. Et une chieuse de compétition ? Car Emma est la reine des emmerdeuses, doublée d’une désaxée notoire, incapable de vivre une vie de couple, alcoolique, provo, nihiliste, cauchemardeuse … fêlée. Or voilà qu’Emma, enrichie des millions d’exemplaires vendus des aventures de Marianne, décide de tuer son héroïne pour partir vers d’autres aventures littéraires. Bad choice. Car Marianne, issue de son imagination ou bien réelle, se rappelle à son bon souvenir en lui envoyant une messagère flippée au point de se foutre en l’air sous les yeux de la dite Emma.

Qui prend illico la route, accompagnée de son assistante Camille qui la nurse, pour revenir dans son village de Bretagne, le berceau d’Elden qu’elle avait quitté précipitamment des années auparavant suite à une tragédie dont nous apprendrons la teneur plus tard dans le récit. Objectif : protéger ses parents qu’elle n’a pas vu depuis des lustres, sauvegarder ses amis qu’elle a volontairement perdus de vue. Étrange pour une nana qui affiche en continu son refus des conventions, des liens, de l’affect … Eh oui, lecteurs, c’est qu’il y a une grosse anguille sous roche, et qu’Emma n’est peut-être pas la garce qu’elle revendique être. En surjouant à mort. Mais les prétentions de Marianne vont remettre les pendules à l’heure. Et d’une manière sanglante.

Série horrifique à la clé

Voici en gros le pitch de la série drivée par Samuel Bodin et Quoc Dan Tran pour le compte de Netflix. Le premier a accouché de Lazy Company et Tank, le second a aiguisé sa plume aux écoles Kaboul Kitchen, Le Bureau des légendes et Dix pour cent. A eux deux, ils relèvent le nouveau défi posé par le géant de la VoD, qui continue de défricher le PAF pour y planter des petites graines de son cru. Avec plus ou moins de bonheur jusqu’à présent si l’on considère Plan Coeur, Marseille, Family Business … mignon mais certainement pas un tsunami en mode GoT. Marianne pourra-t-elle relever le gant ? A voir, et pour différentes raisons. Déjà parce que l’historie d’amour entre le cinéma français et le genre horrifique a toujours été … inégal, et que la série peut peut-être à long terme redistribuer les cartes.

Si nous comptons des chefs d’œuvre comme Les Yeux sans visage de Franju ou les films de Rollin, il faut bien le reconnaître, nous sommes plutôt mal à l’aise dans ce domaine. Étonnant vu la prolifération de bouquins fantastiques qui émaillent notre littérature, Le Diable amoureux, La Morte amoureuse, la Peau de chagrin, Le Horla, La Vénus d’Ille et j’en passe. Mais si ce registre fut l’apanage des grands auteurs du XIXeme siècle, force est de constater que leurs arrière arrière petits fils passés derrière la caméra ont eu plus de difficultés pour s’imposer. Question de dosage ? De culture ? Pas évident de rivaliser avec les anglo-saxons qui ont ça dans le sang. Et une accointance toute particulière avec les amantes du diable depuis Macbeth de Shakespeare et Les Sorcières de Salem de Miller.

Injection de sorcière

Ce champ d’investigation est pourtant à la mode à l’heure d’un réveil féministe particulièrement musclé. La sorcière se cuisine à toutes les sauces, gore de préférence. The Witch, Hédédité, Suspiria, The Lords of Salem, The Jane Doe identity, American Horror Story 3 et 8, voici quelques exemples chroniqués pour certains en nos colonnes d’une prolifération cinématographico-sérielle absolument sidérante … et qui en dit long sur la fascination exercée par ce type de personnage. Un personnage peu présent de par nos hexagonales contrées artistiques. Merci donc à Samuel Bodin et Quoc Dan Tran d’avoir un peu rétabli la balance avec cette Marianne qui hybride les références. Car la série multiplie les clins d’œil et les hommages.

Les fantasticophiles avertis tilteront bien évidemment sur l’ambiance Blair Witch Project, les références à L’Exorciste, Seven, Fog, Suspiria by Argento (les couleurs et les lumières sur certaines séquences). Quant au retour de l’enfant prodige et prodigue, il est coutumier des intrigues d’un certain Stephen King (dont Samuel Bodin est un grand fan), de même que la vampirisation exercée par les personnages sur leur auteur (on retrouve ici beaucoup de La Part des ténèbres ou de Misery). Et de ci de là, quelques traces du glorieux Fog de Carpenter ? Avec une petite touche de Rosemary’baby et Incubus ? Bref de quoi prouver les connaissances cinématographiques du réalisateur … et engendrer un cocktail propice à charmer le millennial en quête de frissons ?

The horrific French touch ?

Mouais … un peu simpliste et réducteur. Il est sûr que la série déroute par ses longueurs, son humour parfois un peu gamin en totale opposition avec la violence crue de plusieurs passages. Comme si réal et scénariste avaient été bridés par un brief absurde, cherchant à cibler à la fois les dingues de films d’horreur, les jeunes adultes adeptes d’Harry Potter, les lecteurs fidèles de Millenium et les fans de séries policières type Engrenages ou Capitaine Marleau. Pas évident de fédérer des audiences si disparates, tout en respectant un format télé classique. Du coup, les variations d’intensité abondent, qui se résorbent au fil d’épisodes progressivement cadencés comme une web-série.

Et que trois autres repères de lecture apparaissent, qui donnent à Marianne une certaine saveur :

  • une approche à la Jean Teulé dans l’esprit des effrayants Mangez-le si vous voulez et Fleur de Tonnerre (on se demande ce qu’aurait donné la série avec cet auteur incroyable à l’écriture, dont on sait qu’il excelle dans cette tonalité mêlant ironie et atroce, avec en prime une logique BD qui assurerait la cohésion du tout).

  • une atmosphère hallucinatoire à la Bloody Mallory, petit bijou plein de peps signé Julien Magnat qui pour le coup jouait la carte de la comédie d’action sans prétention et ça marchait du feu de Dieu.

  • un lien fort avec le théâtre du Grand Guignol, dont certains accents tragiques et absurdes viennent émailler le chemin de croix d’Emma (pas si stupide du reste, Samuel Bodin vient du théâtre et non d’une école de cinéma).

Une véritable épouse de Satan

Tout cela mêlé donne une épaisseur évidente à ce projet Elden Witch, servi principalement par la prestation de Victoire du Bois dans le rôle d’Emma, qui commence par sonner faux (on comprendra pourquoi plus tard, mais rassurez-vous, ce n’est pas l’actrice qui est mauvaise, bien au contraire) pour se révéler alors que tout s’écroule autour d’elle … et le jeu proprement époustouflant de Mireille Herstmeyer qui incarne la première mouture de Marianne, et devrait vous coller quelques bonnes frayeurs au passage … assorties de nausées. Il faut ce qu’il faut, car dans son genre, Marianne est une ravageuse, à hauteur de La Voisin, des possédées de Louvain et compagnie … ou de l’Ogresse de la Goutte d’or.

Bref une véritable épouse de Satan, fière de l’être et qui va vous le faire comprendre. C’est en cela que la série marque un tournant, en façonnant une héroïne vicelarde et destructrice au possible, qui crache sur les bons sentiments, patauge allègrement dans le sang et les déjections, détruit les corps qu’elle pénètre, se délecte du meurtre et de la souffrance. « Je ne repars jamais sans rien » clame-t-elle. Psychopathe et heureuse de l’être. Comme la face cachée d’Emma ? Laquelle a inventé l’autre ? Maupassant aurait probablement adoré et détesté, lui qui projeta le Horla sur la page pour cerner ses hallucinations de syphilitique. Bref voici le tableau. En souhaitant qu’il engendre d’autres œuvres plus affirmées, plus tranchées et qui assument pleinement cette dérive heureuse vers l’atroce.

Et plus si affinités

https://www.netflix.com/fr/title/80217779

https://www.empreintedigitale.net/marianne

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.