Joséphine Baker : la Néfertiti du temps présent

Ou le tumulte noir … Les surnoms ne manquèrent pas pour encenser la chanteuse américaine qui fit les beaux jours des Folies bergères dans les années 30. Star de renommée internationale, Joséphine Baker, parce qu’elle était née noire aux USA à l’heure du ragtime, n’avait pas forcément embrassé la vie sous les meilleurs auspices. Seules options alors pour une « négresse » : se marier, se prostituer, être girl dans une revue nègre. Joséphine cochera la dernière case, propulsée sur le devant de la scène par son sens du rythme, son rire, son humour, son sens de la comédie et des grimaces. Elle y demeurera jusqu’à sa mort.

C’est ce parcours absolument incroyable que Catel et Bocquet racontent dans une BD biographique aux allures de roman graphique. De lieu en lieu, de période en période, ils racontent les épisodes les plus marquants de cette vie rocambolesque, faite de liberté, d’audace, d’amour et de don de soi. Car sous les bananes et les plumes, par delà le jazz et les spectacles, en dépit des liaisons accumulées, Joséphine Baker s’investit à fond pour combattre le racisme, affirmer les droits des noirs, dénoncer les nazis. Décorée au terme de la seconde guerre mondiale après avoir travaillé pour les renseignements, elle va adopter à tour de bras, enfants et animaux, pour façonner une famille arc-en ciel en écho avec sa vision d’un monde en paix.

Panier percé, bourreau de travail, séductrice, elle côtoie les plus grands, sans jamais perdre de sa spontanéité ni de sa créativité. Muse pour certains, idole pour d’autres, elle revient sur sa terre natale pour dénoncer la ségrégation, prenant part à la célébrissime marche sur Washington de 1963. Sa vie, narrée en images avec un trait vif, des dialogues accrocheurs qui trahissent les convulsions du temps, démontre une formidable puissance, une volonté sans faille, des convictions ancrées. La dame est exemplaire, et cette biographie passionnante l’exprime très bien tout en reflétant l’effervescence intellectuelle des périodes qu’elle traverse. Alors que Meghan Markle, métisse, vient d’épouser un prince de la famille royale britannique, tandis que les actrices noires françaises dénoncent le racisme dans lequel elles évoluent avec l’ouvrage Noir n’est pas mon métier, l’histoire de Joséphine Baker rappelle que la Néfertiti du temps présent demeure à tout jamais un exemple universel.

Et plus si affinités

https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Catalogue/ecritures/josephine-baker

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.